twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Mamadou Diop Decroix, Ministre de l’information : « Les décideurs commencent à comprendre »

mercredi 22 septembre 2004

Mamadou Diop Decroix conteste les conclusions du rapport sur certains points. Il estime, en effet, que dans le domaine des négociations internationales sur les NTIC, beaucoup d’actes ont été posés depuis quelques années par les Africains.

M. le ministre, vous avez semblé contester les conclusions de l’étude...

J’ai contesté les conclusions sous deux rapports principalement. Premièrement, je pense qu’il n’a pas tenu compte des développements récents sur notre continent. L’Afrique est véritablement en train de changer, d’évoluer, de progresser. Il est important que l’on se rende compte de cette réalité, sinon on va analyser une Afrique qui n’est plus ce qu’elle était il y a quelques années. Le rapport a dit qu’il n’y avait pas grand-chose, pour ne pas dire rien.

J’ai pris l’exemple du SMSI à Genève pour montrer que, pendant deux ou trois ans, l’Afrique s’est organisée depuis le sommet de Bamako en mettant en place le bureau de Bamako [et d’autres] mécanismes : CEA, commission E-Africa basée à Johannesburg. Après le SMSI, le Comité de coordination des ministres africains [en charge des TIC], que le Sénégal dirige, a été mis en place. Composé de 9 pays, il est chargé de coordonner l’intervention de l’Afrique, ses stratégies, et de mettre en synergie ses efforts avec beaucoup d’ambition.

Par conséquent, il y a des efforts qui sont faits. Ce qui manquait avant, c’était la volonté politique (...) Depuis quelque temps, les décideurs africains commencent à comprendre. Certains disaient : nous, nos populations ne mangent pas des ordinateurs, j’ai des problèmes d’agriculture, de santé, d’éducation, et c’est là que je mets l’argent du budget. Maintenant, ils comprennent que lorsqu’on veut une politique de santé publique forte, il faut intégrer les Nouvelles Technologies, lorsqu’on veut une politique agricole sérieuse, il faut intégrer les NTIC... Les présidents africains comprennent, le président Wade, le président Tabo Mbeki, le président Obasanjo...

Cela ne fait pas beaucoup par rapport aux 50 Etats africains...

Ça ne fait pas beaucoup, mais ça fait lourd. Le Nigeria, l’Afrique du Sud et quelques autres pays, ça fait lourd. Mais vous avez raison, le travail est encore très important. Cependant, depuis que l’on a mis en place le Comité [de coordination des ministres africains en charge des TIC], les choses avancent.

PROPOS RECUEILLIS PAR A. J. COLY

(Source : Le Soleil, 22 septembre 2004)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)