twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Mamadou Aïdara Diop indexe plusieurs niveaux de dysfonctionnements

jeudi 9 août 2007

Vingt quatre heures après la confirmation de la condamnation par l’Agence de régulation des télécommunications et postes (Artp) de la Société nationale des télécommunications du Sénégal (Sonatel), c’est un autre procès qui est « instruit ». Mamadou Aïdara Diop, le Coordonnateur de l’Intersyndicale des travailleurs de la Sonatel est monté au créneau. Sur les ondes de la Rfm, il égrène plusieurs dysfonctionnements au niveau de la première société de téléphonie du Sénégal.

Selon Mamadou Aïdara Diop, Coordonnateur des travailleurs de la Sonatel, « les difficultés se situent à plusieurs niveaux ». Pour lui, « le premier niveau, c’est la perte d’indépendance en termes de choix d’investissement et d’équipements ». Et pour l’illustrer, Mamadou Aïdara Diop déclare que « nous sommes assujettis au Comité d’investissement de France Télécom qui ne nous favorise pas par rapport aux meilleures offres du point de vue technique et financier ».

Le syndicaliste pointe en second lieu un doigt accusateur sur la manière de fonctionner de la direction générale de la Sonatel. En effet, estime-t-il, « il y a des errements organisationnels, structurels et des errements sur le plan stratégique qui sont imputables à notre propre management où les hommes qu’il faut ne sont pas souvent à la place qu’il faut ». La Sonatel aurait plutôt d’autres « préoccupations » comme « la réduction des coûts ».

Mamadou Aïdara Diop situe le troisième niveau des difficultés au niveau de la politique énergétique de la société. « Notre système d’approvisionnement en énergie est victime d’une politique incohérente et désordonnée », assène-t-il Toutes choses qui font que « si l’Etat qui est partenaire ne joue pas le jeu en restant dans le capital de la Sonatel, France Télécom risque de tout rafler et de faire de l’écrémage au profit de la France et au détriment de l’économie du Sénégal », déclare M.Diop.

(Source : Nettali, 9 août 2007)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)