twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Louise Mushikiwabo nomme Henri Eli Monceau au poste de directeur de la Francophonie économique et numérique

lundi 23 décembre 2019

Il était jusque-là ambassadeur, Représentant permanent de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) auprès des Nations Unies à Genève et à Vienne. Henri Eli Monceau occupera à présent le poste de directeur de la Francophonie économique et numérique. Sa promotion validée la Rwandaise Louise Mushikiwabo, nouvelle SG de l’OIF, est rapportée par le magazine Jeune Afrique dans son édition du 23 décembre 2019. Il est remplacé à son poste à Genève par le Canadien d’origine camerounaise Georges Nakseu Nguefang, ancien directeur des affaires politiques de Michaëlle Jean.

Henri Eli Monceau va donc remplacer le Togolais Kako Nubukpo, suspendu le 5 décembre 2017 par l’ancienne SG de l’OIF, Michaëlle Jean, pour ses positions anti-francs Cfa. Un appel d’offres en vue de son remplacement avait été lancé en avril 2018.

Le choix final a été porté sur Henri Eli Monceau qui n’a passé qu’à peine une seule année au poste de représentant permanent de l’OIF auprès des Nations Unies à Genève après la présentation de ses lettres de créance au Directeur général de l’ONUV M. Yury Fedotov, le 14 février 2019. Cela fait au total deux ans et sept mois qu’il travaille pour l’OIF.

Au sein de l’OIF, le nouveau directeur était déjà actif dans le secteur du numérique en Afrique. C’est ainsi qu’il a par exemple participé et représenté la SG de l’OIF à Cotonou au Bénin le 31 mai 2019 lors de la première réunion du Réseau francophone des ministres en charge de l’économie numérique. Il avait alors salué l’action de la ministre Aurélie Adam Soulé Zoumarou désignée présidente de ce réseau les 11 et 12 octobre 2018 en Arménie à EREVAN, lors du 17ème Sommet de la francophonie. « Le numérique rebat les cartes. Nous sommes à l’aube d’une nouvelle civilisation et ceux qui rompent leur épingle du jeu, sont ceux qui auront pris des initiatives fortes pour renouveler le modèle dans lequel nous fonctionnons comme vous Madame la Ministre… Vous faites partie des personnes qui ont compris les enjeux du numérique. Sous votre direction, sous votre magistère et sous celui de vos collègues, l’espace francophone peut imaginer jouer un rôle nouveau », avait-t-il indiqué

Riche carrière dans le numérique

Henri Eli Monceau a occupé tout au long de sa carrière des postes en lien avec le développement du numérique. Parmi ces postes de responsabilité on peut citer celui de Haut-Représentant des Gouvernements de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Belgique) pour les Droits fondamentaux, la Société de l’information et l’Économie numérique. C’était de mai 2014 à juin 2017. A cette position, il était en charge de la diplomatie multilatérale dans les domaines des droits de l’homme et de la gouvernance numérique et de l’économie. Durant près de cinq ans, d’octobre 2009 à mai 2014, il a été directeur de cabinet du Vice-Président du Gouvernement de la Wallonie et Ministre de l’Économie, des Nouvelles Technologies et du Commerce extérieur (2009-2014). Ici, il avait la charge la définition et l’implémentation des politiques visant à développer la créativité, l’innovation, les nouvelles technologies et les TIC auprès des jeunes et entrepreneurs.

Henri Eli Monceau a par ailleurs été Directeur de cabinet de la Vice-première Ministre, Ministre de la Mobilité et des Transports du gouvernement fédéral Belge. Ceci de juin 1999 à mai 2003

Parmi les autres casquettes à l’actif d’Henri Eli Monceau, celles de Conseiller pour les relations internationales du Ministre de l’Économie et du Commerce extérieur de la Wallonie (2006-2009) ; Co-directeur du programme « Gouvernance multilatérale et démocratie délibérative » au sein de la fondation internationale Notre Europe/Institut Jacques Delors (2004-2009) ; Conseiller auprès de la Commission européenne (1996-1999) ; et Chargé de projet pour les politiques de jeunesse et d’éducation au sein du Forum jeunesse de l’Union européenne (1990-1996).

Le nouveau directeur de la Francophonie économique et numérique est titulaire d’un master en Affaires publiques et Relations internationales de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et d’un master en Economie du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM). Il est également diplômé en histoire de l’Université de Louvain.

Beaugas – Orain DJOYUM

(Source : Digital Business Africa, 23 décembre 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)