twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Logiciel libre : La solution pour le désœuvrement des jeunes

lundi 7 août 2006

Les logiciels libres pourraient être une aubaine pour les jeunes en milieu d’affaires. Le projet E-Riders Sénégal initié par Open society intiatives for west africa Osiwa en a été une parfaite illustration. Ce projet a permis à quatre jeunes de créer leur propre entreprise « Xam-xam africa ». Ils développent des portails et font des prestations de services en tant que structure informatique à destination de la société civile. Ces jeunes ont été formés par l’Ong Bokk jang dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet. E-Riders a pour objectif, selon la présidente de l’Ong, d’encadrer un groupe de quatre jeunes pour les former en gestion d’entreprise avec les logiciels libres. Fatimata Sèye Sylla a indiqué qu’elle a adhéré à ce projet parce que cela permet de développer le génie logiciel de nos jeunes. C’est ainsi qu’elle fait l’apologie des logiciels libres. « Il est vrai que les informaticiens qui sont formés sur les logiciels propriétaires savent beaucoup de choses, mais ils ne créent pas. Ce qui est intéressant avec le logiciel libre, c’est que c’est ouvert, on peut le modifier comme on veut », a souligné l’ancienne directrice de Dfi. Le membre du comité de pilotage de Catia d’ajouter, toujours à propos du logiciel libre, que « les codes source sont disponibles, on peut regarder la structure, on peut la modifier, on a la liberté de la copier sans pourtant être sanctionné. Tout ce qu’on demande, c’est de signer après avoir modifié. Ce travail vous permet d’augmenter votre expertise parce que vous partez de la connaissance de quelqu’un pour apporter quelque chose. C’est cet esprit de partage, de communauté qui est intéressant ». La coordonnatrice nationale de African Civil Society for the Information Society (ACSIS) a, par ailleurs, précisé que « si vous achetez un logiciel libre, vous avez la possibilité de le copier autant de fois que vous voulez sans pour autant être poursuivi, de le modifier et de l’adapter à votre guise. Dès qu’on a la possibilité de faire cela, on est un crack ». Le projet I-Rides a permis de créer des emplois et de jeunes entrepreneurs qui ont leur autonomie. L’Ong Bokk jang préconise aux jeunes qui travaillent avec elle de penser à des solutions avec des logiciels libres qui sont plus facilement livrables parce qu’étant moins chers et « cela nous aurait permis de développer les compétences locales pour pouvoir assurer le suivi de ces produits ».

Ibrahima Lissa Faye

(Source : Sud Quotidien, 7 août 2006)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)