twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les réseaux communautaires, une solution pour accroître la connectivité en Afrique

mardi 18 septembre 2018

« Malgré l’accès à internet qui continue de croître dans la société africaine, environ 450 millions de personnes sont connectées, mais plus de 60% de la population demeure non connectée. » Cette situation, Internet Society compte bien la changer. Raison pour laquelle cette structure a organisé le 3ème Sommet des réseaux communautaires, du 3 au 7 septembre en Afrique du Sud, en collaboration avec l’Association pour le progrès des communications (APC) et Zenzeleni Networks.

A travers cette tribune, Internet society veut promouvoir la création et la croissance des réseaux communautaires et accroître la collaboration entre les opérateurs. Mais aussi donner une occasion aux opérateurs et fournisseurs d’accès Internet de s’engager avec d’autres parties prenantes comme des producteurs de contenus, des régulateurs et des décideurs politiques.

« Permettre aux communautés de se connecter vraiment elles-mêmes est une nouvelle façon de penser », a expliqué Michuki Mwangi, gestionnaire principal du développement pour l’Afrique à l’Internet Society.

Il a ajouté que « les décideurs politiques et les régulateurs devraient reconnaître que la connectivité peut être initiée depuis un village ou une ville et qu’ils peuvent aider les communautés à se connecter elles-mêmes en fournissant un environnement favorable avec l’octroi de licences et un accès au spectre innovante ».

Au programme de cette rencontre, des conférences concernant la manière dont ces réseaux communautaires peuvent combler le manque de connectivité, être utilisés pour améliorer la fourniture de services de base et inspirer la création de contenus et services pertinents à l’échelle locale. Aussi, les acteurs ont échangé sur la manière de créer des politiques et réglementations favorisant ces réseaux en Afrique.

Les réseaux communautaires sont un moyen essentiel pour améliorer la connectivité sur le continent, où ces manques sont les plus répandus. Un sondage récent a permis d’identifier 37 initiatives de réseaux communautaires dans 12 pays. Les pays Africains qui ont pris part à ce sommet sont le Cameroun, le Kenya, l’Ouganda, l’Afrique du Sud, la RDC, le Zimbabwe, la Zambie, le Malawi, la Namibie, la Tanzanie, le Soudan, l’Égypte et l’Éthiopie.

Jean-Claude Noubissié

(Source : CIO Mag, 17 septembre 2018)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)