twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les bâtiments gouvernementaux en Afrique, un vecteur probable pour l’espionnage chinois ?

mercredi 27 mai 2020

Pékin pourrait avoir un meilleur accès de surveillance en Afrique que partout ailleurs dans le monde. Les entreprises chinoises ont construit ou rénové (ou les deux) au moins 186 bâtiments gouvernementaux africains sensibles ; les entreprises chinoises de télécommunications ont construit au moins 14 réseaux de télécommunications intra-gouvernementaux « sécurisés » ; et le gouvernement chinois a fait don d’ordinateurs à au moins 35 gouvernements africains.

En tant que leader mondial des opérations d’espionnage économique et d’influence étrangère, Pékin utilise presque certainement ses engagements en Afrique pour surveiller les fonctionnaires et les chefs d’entreprise américains et africains. Le gouvernement chinois pourrait utiliser les informations qu’il recueille pour avantager ses entreprises en concurrence avec les entreprises américaines et autres, glaner des informations sur les programmes américains d’aide à la sécurité et de lutte contre le terrorisme, et recruter ou influencer de hauts fonctionnaires africains. Les États-Unis devraient, entre autres, s’efforcer de comprendre la nature de la surveillance chinoise et la façon dont elle contribue aux opérations d’influence de Pékin, sensibiliser les entreprises américaines aux risques et former leurs fonctionnaires aux techniques permettant de compliquer la collecte d’informations par Pékin en Afrique.

Au moins 186 bâtiments

En janvier 2018, le journal français Le Monde rapportait que les serveurs installés par le géant chinois des télécommunications Huawei au siège de l’Union africaine (UA) téléchargeaient quotidiennement leur contenu vers des serveurs basés à Shanghai, en Chine. Une inspection du bâtiment – construit par la China State Construction Engineering Corporation a également permis de découvrir des dispositifs d’écoute cachés dans l’ensemble du bâtiment. Trois jours plus tard, le journal Financial Times a confirmé l’histoire du Monde.

Les écoutes de Pékin sur les bâtiments gouvernementaux africains s’étendent probablement bien au-delà du siège de l’UA. Depuis 1966, les entreprises chinoises ont construit ou rénové (ou les deux) au moins 186 bâtiments de ce type. Le nombre 186 comprend trois bâtiments régionaux et un bâtiment panafricain : le Parlement de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC), le siège de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le siège de l’Union douanière d’Afrique australe (UDAA) et le siège de l’Union africaine (UA), respectivement. La construction du siège de la CEDEAO devait commencer en janvier 2020, mais il n’est pas certain que les travaux aient commencé. Neuf autres bâtiments semblent être encore en construction.

En fait, au moins 40 des 54 pays africains ont un bâtiment gouvernemental construit par une société chinoise. Compte tenu de la difficulté de recueillir des données complètes sur les près de sept décennies d’engagement de la Chine indépendante en Afrique, ces chiffres sont presque certainement sous-estimés.

Une opportunité tentante pour le PCC (Parti communiste chinois)

Il y a des raisons convaincantes de croire – au-delà du fait qu’il l’a déjà fait avec le siège de l’UA – que le PCC (Parti communiste chinois) utilise l’opportunité que lui offrent les entreprises chinoises qui construisent des bâtiments gouvernementaux pour recueillir des renseignements. Cela serait conforme à l’usage intensif que fait Pékin de l’espionnage et d’autres pratiques malhonnêtes pour obtenir un avantage économique. Un rapport de 2017 a qualifié la Chine de « principal contrefacteur mondial de la propriété intellectuelle », tandis qu’une récente enquête du Représentant américain au commerce a révélé que les États-Unis perdent au moins 50 milliards de dollars chaque année à cause d’activités chinoises sans scrupules.

Le FBI a découvert que la Chine a commis 95 % des cas d’espionnage économique signalés par 165 entreprises américaines, alors qu’une entreprise allemande a estimé qu’environ 20 % des 61 milliards de dollars de pertes annuelles de l’Allemagne dues à l’espionnage étaient dues à des attaques chinoises.

Il y a aussi l’attrait de l’opportunité : Les entreprises chinoises ont construit, agrandi ou rénové au moins 24 résidences ou bureaux du président ou du premier ministre ; au moins 26 parlements ou bureaux parlementaires ; au moins 32 installations militaires ou policières ; et au moins 19 bâtiments des ministères des affaires étrangères. Le fait de pouvoir surveiller l’accès à ces bâtiments est une occasion extraordinaire pour le PCC (Parti communiste chinois) de recueillir des renseignements directement auprès des plus hauts niveaux des gouvernements africains. L’opportunité est si séduisante, en fait, que Pékin a peut-être financé et construit certains de ces bâtiments pour améliorer sa surveillance de certains gouvernements.

En outre, la plupart des entreprises chinoises qui ont construit ces structures sont probablement des entreprises d’État, étant donné que les entreprises d’État réalisent une grande majorité des projets de construction étrangers en Chine.

Les entreprises d’État, en tant qu’exécutants du PCC (Parti communiste chinois), doivent obéir à ses ordres, bien que dans la pratique, il importe peu qu’une entreprise d’État ou une entreprise privée chinoise soit impliquée. La loi chinoise oblige les deux à aider le gouvernement chinois à collecter des renseignements, et il existe de nombreux exemples – outre le rôle de Huawei dans l’écoute de l’UA – d’entreprises chinoises prétendument privées qui se livrent à la surveillance et à l’espionnage pour le compte du gouvernement chinois.

Enfin, le blitz d’engagement de Pékin en Afrique au cours des deux dernières décennies démontre l’importance que le PCC (Parti communiste chinois) accorde à l’Afrique, ce qui fait sans doute que le continent mérite d’être surveillé. Chaque année, le ministre chinois des affaires étrangères inclut l’Afrique dans son premier voyage à l’étranger ; de 2008 à 2018, en fait, les hauts dirigeants chinois ont visité le continent 79 fois.

En deux décennies, le commerce sino-africain a été multiplié par quarante, et la Chine a considérablement augmenté sa coopération militaire, ses investissements et ses efforts de diplomatie publique sur le continent également.

L’État chinois a probablement aussi la capacité d’analyser le grand volume de données qu’il recueillerait dans le cadre d’une telle opération de surveillance. La Chine est l’un des leaders mondiaux en matière de technologie de l’intelligence artificielle qui convient bien au tamisage d’immenses quantités de données. Dans des endroits comme le Xinjiang, Pékin utilise déjà l’intelligence artificielle et d’autres technologies pour maintenir une surveillance quasi constante des quelque 11 millions de Ouïgours qui y vivent. On rapporte que des groupes de pirates informatiques chinois utilisent des outils qui filtrent le trafic des services de messages courts (messagerie instantanée) – une quantité stupéfiante de données – pour suivre des individus et des mots-clés en vue d’un examen ultérieur.

Le problème pour l’Afrique

Les pays africains n’ont pas encore développé le type de technologies de pointe que le gouvernement chinois et ses entreprises ciblent, et ne peuvent donc pas subir les mêmes pertes que les États-Unis et de nombreux autres pays à cause du vol chinois. Pourtant, il existe une industrie technologique émergente et dynamique en Afrique. Si elle produit une technologie que le gouvernement chinois ou l’une de ses entreprises convoite, cette technologie risque fort d’être braconnée. Les entreprises chinoises l’ont déjà fait en Afrique de l’Ouest, ce qui leur a permis de dominer l’industrie des tissus imprimés à la cire dans la région et d’évincer les concurrents locaux.

Le plus grand risque économique pour les gouvernements africains est qu’ils négocient fréquemment avec le gouvernement chinois, ses banques et ses entreprises, car la Chine est de loin le plus grand prêteur bilatéral du continent, et les entreprises chinoises dominent le secteur lucratif de la construction d’infrastructures en Afrique.

Les écoutes chinoises pourraient permettre d’obtenir des informations précieuses sur les stratégies de négociation des gouvernements africains, les offres des concurrents et d’autres informations pertinentes : On rapporte que des pirates informatiques chinois ont volé ce genre d’informations dans d’autres parties du monde.

Comme indiqué précédemment, il est également possible que la surveillance chinoise de ces bâtiments permette de recueillir des informations préjudiciables ou gênantes sur les hauts dirigeants d’un pays. Ce matériel pourrait être utilisé comme un levier pour assurer la flexibilité des dirigeants africains, au détriment des pays qu’ils représentent.

Il ne s’agit pas seulement de bâtiments

Il y a d’autres éléments du problème de contre-espionnage auquel les États-Unis sont confrontés en Afrique. Huawei a construit plus de 70 % des réseaux de télécommunications 4G en Afrique et poursuit ses plans de déploiement de réseaux 5G sur le continent. Huawei, ZTE (un autre géant chinois des télécommunications) et d’autres entreprises chinoises de télécommunications ont construit et/ou équipé au moins 14 réseaux gouvernementaux, y compris des systèmes de télécommunications dédiés à l’armée et à la police.

Les dirigeants africains sont probablement conscients d’au moins certaines des vulnérabilités que ces cadeaux chinois apportent – et sont soit trop sous l’influence de Pékin pour résister, soit pensent que la surveillance de Pékin n’a pas d’importance, soit qu’ils peuvent gérer le défi. Un responsable du gouvernement zambien a déclaré que son gouvernement avait « changé les serrures » après que Huawei eut terminé la construction du centre national de données de la Zambie qui traite et stocke toutes les données gouvernementales. Pourtant, les responsables des services de renseignement de certaines des cyberpuissances les plus sophistiquées du monde, comme les États-Unis, le Royaume-Uni, le Japon et l’Allemagne, ne pensent pas que leur pays puisse se protéger de manière adéquate contre la menace que représentent les systèmes construits par Huawei pour le renseignement.

Si ces pays, avec leurs budgets importants et leurs capacités avancées, ne peuvent pas le faire, il est peu probable que les pays africains disposant de beaucoup moins de ressources le puissent.

Un défi plus large

L’Afrique est peut-être la région la plus permissive au monde pour l’espionnage chinois. Pékin et ses entreprises exercent une énorme influence sur de nombreux gouvernements africains, que ce soit en raison des incitations personnelles données aux dirigeants africains ou de l’imbrication économique des pays africains avec la Chine – ce que Pékin utilise de plus en plus comme une arme. Cela suggère que certains gouvernements africains pourraient hésiter à se montrer suffisamment sceptiques à l’égard des intentions chinoises.

Les pays africains ont également des capacités limitées en matière de cyberdéfense. Tout cela s’ajoute à l’extraordinaire potentiel de surveillance dont dispose le PCC grâce aux ordinateurs qu’il donne aux gouvernements africains et aux entreprises chinoises qui construisent des bâtiments gouvernementaux et des réseaux de communication sensibles (y compris intragouvernementaux).

La surveillance de l’Afrique par le PCC n’est qu’une partie du défi beaucoup plus vaste que la Chine, de plus en plus affirmée sur le plan mondial, pose aux États-Unis. Il peut commencer par s’efforcer de comprendre la nature de la surveillance chinoise et la manière dont elle contribue aux opérations d’influence de Pékin sur le continent, en informant les entreprises américaines des risques et en formant ses fonctionnaires aux techniques permettant de compliquer la collecte d’informations par Pékin sur le continent.

Joshua Meservey traduit par Guinee360

(Source : Guinée 360, 27 mai 2020)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)