twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les « Smartphones » connaissent un succès croissant en Afrique

mardi 12 avril 2011

L’Afrique a franchi la barre des 500 millions d’utilisateurs de mobiles fin 2011. Ce qui porte la proportion de l’Afrique au niveau mondial à plus de 10%. Le marché africain continue d’offrir de réelles opportunités pour les investisseurs.

Si sur le marché nord-africain, le taux de pénétration oscille entre 90 et 100%, il n’est compris qu’entre 30 et 40% dans les pays d’Afrique subsaharienne. Le continent, qui a enregistré la croissance de marché la plus rapide avec 18% sur les 9 premiers mois de 2010, dispose toutefois des meilleures perspectives de croissance dans ce secteur.

Un marché en forte croissance

L’extension des infrastructures sous-marines en fibre optique sur les deux dernières années, a permis une amélioration substantielle de la bande passante. Ce qui, par ricochet, a haussé le niveau de connectivité du continent et les opportunités pour les investisseurs dans le segment des Data services.

Par conséquent, à l’horizon 2015, plus de 265 millions d’abonnements au mobile haut débit devraient être contractés, soit 31% du total des abonnements mobiles qui s’élèvera à quelques 842 millions à terme. Un véritable bond comparé aux 12 millions que compte le continent en termes d’abonnements au mobile haut débit en 2010. Sur le registre des utilisateurs du Mobile banking, leur nombre s’établira à quelque 360 millions à l’échéance 2014.

Le potentiel du marché africain a provoqué une véritable ruée des opérateurs globaux de télécoms. Le Nigeria pointe comme le marché le plus important d’Afrique avec 16% de part de marché sur le segment des mobiles, suivi par l’Égypte et l’Afrique du Sud, respectivement deuxième et troisième.

Les perspectives pour l’Afrique du Nord

Le réel potentiel pour la région de l’Afrique du Nord se trouve dans le marché des "Smartphones". On estime le taux de conversion des terminaux traditionnels en "Smartphones" à l’horizon 2015 dans une fourchette comprise entre 35 et 45%.

La raison est simple : la 3G n’est plus perçue actuellement comme un produit de luxe. Elle s’est standardisée dans les marchés tunisien et marocain. La même évolution est constatée en Algérie, à l’instar des marchés du Moyen-Orient déjà convertis aux "Smartphones".

De plus, les "Smartphones" affichent des prix à la baisse sur ces marchés. Une autre raison qui conforte ces prévisions est que les opérateurs comptent de plus en plus sur les revenus générés par les Data services. Dans cette optique, on assiste à des partenariats entre opérateurs et fabricants de terminaux 3G dans le but de tirer profit de ce marché prometteur.

Des "Smartphones" abordables pour les pays émergents

Même chose côté constructeurs : Huawei, l’équipementier chinois lançait l’an dernier le "Smartphone" Ideos, coréalisé avec Google. Sorti début 2011 en Afrique du Sud, au Kenya, en Ouganda, en Angola et, à terme, dans les pays francophones, la commercialisation de ce téléphone devrait constituer une nouvelle étape pour le développement de la firme chinoise en Afrique. En développant le "Smartphone" le moins cher du marché, Huawei à l’ambition de devenir une référence dans les pays émergents.

Présent en Afrique depuis 2007, le groupe ZTE a également largement investi le segment des téléphones premier prix, et plus récemment celui des "Smartphones". Outre un mobile à 12 dollars, le groupe lancera cette année un téléphone 3G autour de 150 dollars et surtout, pour la première fois, une tablette de 7 pouces propulsée par le système Android, incluant une connexion wifi, une compatibilité avec les cartes mémoire SD et une caméra de 3 millions de pixels.

Concernant les perspectives à l’horizon 2015, les experts prévoient des croissances atteignant les 100% pour les pays d’Afrique centrale et de l’Est à l’exemple de l’Ethiopie, de Madagascar et du Congo.

(Source : Afrique avenir, 12 avril 2011)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)