twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les 22 Etats membres de l’Alliance Smart Africa ont arrêté plusieurs projets qui amélioreront l’accès du continent aux TIC et télécoms

mercredi 14 février 2018

Au cours de la réunion du 9ème comité directeur de l’Alliance Smart Africa, qui s’est tenue, du 08 au 09 février 2018, à Addis Abeba, en Ethiopie, les 22 Etats membres ont arrêté plusieurs projets sur lesquels ils tableront au cours de cette année, dans l’optique d’accélérer le désenclavement numérique du continent et améliorer l’accès des populations aux services TIC et télécoms. Parmi ces projets, les plus importants sont la mise en place effective du « One Africa Network » ; l’acquisition en gros de capacités data sur câbles sous-marins de fibre optique et satellite et la mise en place d’un programme spatial africain, en collaboration avec le Japon.

Lancé en mai 2016, le projet « One Africa Network » vise une amélioration des coûts de communication entre les différents membres de l’Alliance. Cela se traduira, entre autres, par l’abolition des surtaxes sur le trafic international entrant, le plafonnement aux tarifs locaux les plus élevés du prix de détail pour la minute d’appel dans la zone ; la facturation des appels des abonnés voyageant dans les Etats membres de Smart Africa aux tarifs locaux du réseau du pays visité. Les populations pourront ainsi communiquer plus et à moindres coûts.

Pour ce qui est de l’acquisition en gros des capacités data sur câbles sous-marins de fibre optique et satellite, le but est de les mettre à la disposition du continent où se développe une demande effrénée pour la connexion à très haut débit. Avec les nouveaux usages qui se généralisent (e-commerce, e-learning, e-santé, e-gouvernement, etc.), l’Alliance Smart Africa veut donner aux populations africaines le pouvoir de participer à la nouvelle révolution mondiale et de tirer pleinement parti des opportunités qu’offre le numérique, pour l’amélioration des conditions socio-économiques du continent.

Enfin, à travers la mise en place du programme spatial africain, en collaboration avec le Japon, Smart Africa veut aider les pays africains à arracher leur indépendance dans les télécoms et la sécurité de leur territoire. A l’instar de l’Egypte ou encore de l’Angola, Etats membres qui ont déjà lancé leur propre satellite dans l’espace, l’Alliance veut que tous les autres puissent leur emboîter le pas. Le Kenya va faire un essai en mars prochain et le Rwanda se prépare pour 2020.

Selon Hamadoun Touré, le directeur exécutif de Smart Africa, tous les projets couvés par l’Alliance visent « à créer un marché numérique unique pour l’Afrique qui contribuera à l’intégration du continent ».

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 14 février 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)