twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Legal Doctrine : faciliter l’accès aux données juridiques en Afrique

mardi 8 septembre 2020

Créée en en Algérie en 2018, Legal Doctrine est une legaltech. La start-up a vocation à collecter et mettre en ligne les législations, les réglementations et les décisions de justice des pays en Afrique. Pour Walid Ghanemi, son jeune fondateur, l’objectif est d’« analyser les textes juridiques au moyen de puissants algorithmes d’Intelligence artificielle, afin de faciliter l’accès aux informations et à leur exploitation ». Un moteur de recherche et un système de veille juridique automatisée assurent cette fonction. Déjà, la jeune start-up permet à 1 800 clients d’utiliser des technologies pour automatiser le service juridique, que ce soit au niveau du support (le document), du processus (la procédure) ou de la relation avec les professionnels du droit. Une vraie révolution quand on connait les lenteurs administratives. « Notre start-up est en hyper croissance et nous sommes devenus une plateforme référence en matière de recherche et de veille juridique », se réjouit Walid Ghanemi.

Au cours des douze derniers mois, Doctrine Legal a doublé son effectif pour passer à 40 salariés. Doctrine Legal ne connait pas la crise. Une nouvelle augmentation du personnel est envisagée pour accompagner l’expansion géographique à l’international. « D’ici à 2021, nous élargirons notre périmètre géographique à 12 pays en Afrique », explique Walid Ghanemi. Pour l’heure, la start-up poursuit ses efforts pour enrichir et actualiser la base de données juridiques legal-doctrine.com, sur une plateforme multilingue (français, anglais et arabe). Ce travail assidu a valu à Legal Doctrine d’être récompensée pour ses innovations comme “Best African Legaltech Startup”, en 2018, à Zurich et en 2019, à Tunis.

(Source : CIO mag, 8 septembre 2020)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)