twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le téléphone mobile "transforme" l’Afrique mais sa croissance va ralentir

vendredi 9 octobre 2015

Le rapide développement du téléphone mobile en Afrique sub-saharienne transforme la région mais la croissance record de ce marché devrait ralentir, selon un rapport publié en marge d’une conférence des opérateurs de mobile qui se tient cette semaine au Cap.

"L’industrie mobile reste un moteur essentiel de la croissance économique et de l’emploi en Afrique sub-saharienne, une contribution vitale considérant la démographie croissante et les hauts niveaux de chômage dans de nombreux pays", a estimé Alex Sinclair, le directeur général de GSMA.

L’industrie du mobile a contribué à hauteur de plus de 100 milliards de dollars à l’économie du sous-continent l’an dernier, soit 5,7% du PIB total de la région, selon l’étude de l’association GSMA des opérateurs téléphoniques.

L’étude prévoit que 386 millions de personnes utiliseront un téléphone mobile en Afrique sub-saharienne d’ici la fin de l’année, soit 41% de la population.

"La technologie mobile va également jouer un rôle central en Afrique sub-saharienne en facilitant l’accès à des services vitaux comme l’éducation ou la santé", assure M. Sinclair.

Le portable est devenu en Afrique une solution incontournable pour téléphoner et accéder à internet, en raison de la vétusté des lignes fixes et la difficulté d’accès à des ordinateurs.

Le nombre d’utilisateurs a augmenté de 13% par an depuis 2010, deux fois plus vite que la moyenne mondiale, une croissance rapide qui s’explique par la faible base de consommateurs avec moins d’un quart de la population qui possédait un téléphone mobile en 2010.

Mais cette hausse en Afrique sub-saharienne devrait ralentir ces cinq prochaines années, autour de 6%.

La croissance devrait également être limitée par "le faible intérêt des investisseurs pour développer le réseau dans les zones rurales", leur population ayant insuffisamment de ressources pour justifier un lourd investissement, selon l’étude.

"Les progrès dans le futur vont dépendre du travail des gouvernements avec l’industrie pour mettre en place des régulations qui encouragent l’investissement et l’innovation", a conclu M. Sinclair.

(Source : AFP, 9 octobre 2015)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)