twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le matériel informatique, réceptacle de matières dangereuses pour la santé

mercredi 8 septembre 2010

Le matériel informatique contient plusieurs substances dangereuses pour la santé des utilisateurs et des recycleurs ainsi que pour l’environnement, a indiqué mercredi à Dakar, le coordonnateur de l’ONG Enda Ecopôle, Amadou Diallo.

Parmi ces substances, M. Diallo, qui s’exprimait dans un entretien accordé à l’APS, a notamment cité ’’le cadmium qu’on retrouve particulièrement sur les écrans des ordinateurs, le plomb, le chrome, les substances ignifuges et le polychlorure de vinyle (PVC) de certains équipements électriques et électroniques’’.

’’Quand l’écran se casse, dedans et sur la surface, il y a un composant qu’on appelle le cadmium qui donne la grippe dès qu’on respire l’odeur de la matière‘’, a-t-il indiqué au sujet des risques liés à l’ordinateur.

Cela est, selon lui, la preuve que certaines substances contenues dans le matériel informatique peuvent ‘’poser beaucoup de problèmes de santé auprès des utilisateurs ou encore des recycleurs’’ qui ignorent le plus souvent ces dangers.

‘’Une matière comme le plomb avait entrainé la mort, en juin 2008 à Thiaroye, de 18 enfants’’, a-t-il rappelé, expliquant que les victimes avaient été exposées à ’’des concentrations élevées de plomb provenant de batteries de véhicule’’.

Ces faits, a-t-il insisté, illustrent bien que les substances contenues dans des équipements électriques et électroniques peuvent être à l’origine de graves problèmes sanitaires pour les recycleurs et les populations riveraines des décharges d’ordures.

Parlant des dangers au plan environnemental, il a indiqué que les constituants du caoutchouc et du plastique sont susceptibles d’être à ’’l’origine d’une forte dégradation de l’écosystème’’.

Pour Amadou Diallo, cette situation expose les populations à ‘’des risques environnementaux’’. Des risques qui vont s’aggraver de plus en plus avec la forte quantité d’ordinateurs d’occasion déversés sur le continent africain et au Sénégal en particulier dans le cadre de la solidarité numérique.

‘’Et contrairement aux pays industrialisés, a-t-il relevé, la plupart des pays pauvres ne disposent pas d’infrastructures modernes de recyclage des déchets électroniques et électriques.’’

(Source : APS, 8 septembre 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)