twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le chef de l’Etat : « l’Europe doit investir dans les NTIC en Afrique »

mercredi 10 décembre 2003

L’Afrique a subi une injustice énorme de la part de l’Occident, d’abord l’esclavage sous forme industrielle, puis c’est la colonisation. Tout cela a causé une perte en ressources humaines et en ressources naturelles pour notre Continent. Ensuite, s’y ajoutent les échanges inégaux. C’est ce que le Président Senghor appelait « la détérioration des termes de l’échange ». Loin d’être vindicatif le Continent premier « a voulu réparer tout cela sur la base de la solidarité et de la compréhension mutuelle. Et ce que nous disons à l’Europe c’est aidez-nous dans notre intérêt mutuel » Voilà le message de Me Wade à l’Occident au nom de l’Afrique. Mais le Chef de l’Etat sénégalais affirme : « Je ne dis pas que je serai compris tout de suite, mais à force d’expliquer peut être, nous arriverons à convaincre nos partenaires ». Trois valeurs fondamentales ont guidé le Sommet mondial sur la société de l’information - (Genève 10 au 12 décembre 2003, et Tunis novembre 2005) dont la vision exprimée est d’aboutir à un projet global sur l’avenir de la société humaine. Ces valeurs ont pour nom, comme l’a rappelé Adama Samassekou, président du Sommet « l’inclusion, le partenariat et la solidarité ». Introduit par son Conseiller en matière de nouvelles technologies de l’information, M. Ousmane Sy, le Président Wade a expliqué aux journalistes que quand il a lancé son idée de solidarité numérique, la vision de la société de l’information, n’était pas encore définie. Dès lors, « le Ciel ne va pas nous tomber sur la tête si le financement du fonds de « la charte de solidarité numérique » n’est pas adopté par les Européens. Cela, ne va pas arrêter la marche de l’Afrique. Nous avons choisi la voie de la raison pour dialoguer avec les occidentaux, a notamment déclaré le Président sénégalais » Si les Européens ne sont pas d’accord sur la création du fonds de la solidarité numérique, nous accepterons d’utiliser les mécanismes de financement existants dont ils parlent. Cependant ces mécanismes, les Européens ne l’ont pas décliné, a déploré le Président Wade Très clair dans sa proposition, il croit par ailleurs, que cette dernière, complèterait la proposition européenne. Le fonds de solidarité est plus large, car, il inclue les Etats, le privé et la société civile alors que la proposition européenne ne concerne que les Etats. S’exprimant sur l’absence des Chefs d’Etats du G8 au sommet de Genève, le Président Wade, a déclaré n’y voir aucun inconvénient. Lui-même est venu au nom de l’Afrique, donc il ne peut pas imposer à Georges Bush ou à Jacques Chirac d’être présents en Suisse. « Je suis là , a - t - il dit, parce que, je sers encore l’Afrique ». Concernant le succès ou l’échec du sommet, le Chef de l’Etat, a déclaré, que les pays du Sud : « tireront les conclusions après la rencontre prévue aujourd’hui et demain avec les Chefs d’Etats et de gouvernements, mais considère pour sa part que le sommet est positif ». Concernant la gestion du fonds et le manque de confiance des européens sur sa gestion africaine, Me Wade croit que ce n’est même pas là le problème : « J’ai dit que ce fonds serait en Suisse D’ailleurs, j’ai rencontré la Banque mondiale qui a une équipe de bonne volonté dès mon arrivée à Genève et avec qui, j’ai entrepris des discussions en ce sens ». La création du fonds de solidarité numérique, acceptée par les quatre cinquième de l’Humanité, a été accueillie avec scepticisme par certains pays du Nord Mais le Chef de l’Etat du Sénégal qui dit s’exprimer, en son nom propre, en réponse au « Soleil du Sénégal », n’a pas mâché ses mots. « Nous ne savons rien des mécanismes dont parlent les Etats européens, en lieu et place de la création d’un fonds de solidarité numérique. En plus, ils ne veulent pas que nous ayons accès à leurs citoyens. Ceci, dit le Président de la République, est une méthode anti - démocratique » Cependant pour Me Abdoulaye Wade, le sommet est positif, car encore une fois, il a montré l’Unité africaine ». Le monde ne s’est pas fait en un seul jour, a rappelé le promoteur de la « Charte de solidarité numérique. Si, nous n’avons pas de succès à 100%, prochainement, nous pourrons réussir ». Mais pour Me Wade, il y’a eu une mauvaise appréciation que l’Europe se fait de l’Afrique. L’Afrique, n’a pas encore les ressources pour s’engager complètement dans la société de l’information, mais constitue un marché prometteur pour l’avenir ». Si les Européens, n’investissent pas dans les NTIC en Afrique, c’est qu’ils ne sont pas de bons entrepreneurs. ». En définitive, Maître Wade, considère de positive le sommet de Genève, et donne rendez vous dans deux ans, le monde entier, car ce laps de temps, n’est en rien comparable dans la vie d’un Continent ». Cependant, si son idée, était acceptée dès à présent dans cette première phase du sommet, par le cinquième restant de l’Humanité, on aurait pu arriver à Tunis en novembre 2005, avec beaucoup de moyens qui permettraient de combler le fossé numérique. El Hadji Gorgui Wade Ndoye

(Source : Le Soleil 10 décembre 2003)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)