twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le chef de l’Etat aux syndicaliste de la Sonatel : « J’avais un plan B pour liquider la Sonatel »

jeudi 19 août 2010

L’audience que le président de la République, très remonté et très froid, a accordé aux syndicalistes de la Sonatel a eu des tournures invraisemblables. Il les attendait au tournant, mais les « Sonateliens » ont réussi à refroidir Me Abdoulaye Wade en lui proposant des solutions économiques enchanteresses. Le Président a promis la nationalisation de l’entreprise en 2016.

Le président de la République a reçu en audience la semaine dernière les syndicalistes de la Sonatel pour échanger avec eux sur leurs griefs à propos du contrôle et de la supervision des appels internationaux entrants au Sénégal confiés à Global Voice. A la fin des discussions, le Président de la République a semblé revenir à de meilleurs sentiments et a lancé à l’endroit des syndicalistes qu’il a été induit en erreur en disant : « je vous pardonne et je mets tout sur le compte de l’erreur ».

D’entrée de jeu, le président a coupé court aux remerciements des syndicalistes venus lui transmettre leurs doléances en les invitant à aller droit au but. « Dites ce que vous avez à dire », lance le chef de l’Etat à l’endroit de ses hôtes conduits par Mamadou Aïdara Diop, Gabou Guèye et Ibrahima Konté. Le code du travail en main, le Président très remonté poursuit : « votre mouvement est illégal, vous ne pouvez pas me faire chanter, vous prenez tout le pays en otage, les banques ne peuvent même pas effectuer des transferts ». Il fait remarquer aux syndicalistes qu’ils sont entrain de saboter ses efforts pour faire du Sénégal une destination pour les investissements. Ses interlocuteurs de lui répondre qu’il ne s’agit pas d’un sabotage mais d’un problème de maintenance à cause de l’arrêt de travail. « C’est le seul moyen pour nous faire entendre », lui expliquent les syndicalistes. Et le Chef de l’Etat de s’étonner de cette réponse : « comment ça ? Mes portes vous sont ouvertes ». Les Sonateliens » lui rétorquent qu’ils ont essayé d’entrer en contact avec lui pendant plus d’un mois. En vain. Visiblement surpris, le président dit à l’adresse de ses collaborateurs présents à l’audience en l’occurrence, le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye, le Directeur de l’Artp Ndongo Diaw, des ministres Moustapha Guirassy (ministre de la Communication et des Télécommunication, porte-parole du gouvernement), Cheikh Tidiane Sy, (ministre de la Justice) de Bécaye Diop (ministre de l’intérieur), qu’il n’a pas été informé. « Personne ne me l’a dit » a déclaré le chef de l’Etat avant de se raviser par un « sauf le Premier ministre ». Ces collaborateurs n’ont pas réagi aux propos accusateurs du Président, ils se sont contentés de l’écouter. Le président s’est aussi lancé à des accusations contre ses hôtes « on vous a donné des valises d’argent pour que vous me déstabilisiez ? C’est France télécoms qui est derrière ».

Le président entre ensuite dans le vif du sujet en ces termes : « Global Voice me propose 2 milliards, qu’est-ce que vous me proposez ? Vous ne faites rien ». Ses interlocuteurs évoquent le poids de la Sonatel dans l’économie nationale représentant 187 milliards de FCFA. « Toutes les entreprises paient des taxes. Qu’est-ce que vous voulez ? » C’est ainsi que les syndicalistes lui ont suggéré d’appuyer sur le levier fiscal en rehaussant l’impôt sur les sociétés (qui a été ramené de 35% à 25%). Reste à savoir si la mesure peut être uniquement appliquée à la Sonatel.

Visiblement séduit par la proposition, le Président de la République dit : « pourquoi vous ne me l’avez pas dit plutôt ? » La réponse des syndicalistes est restée constante : « on n’a pas pu vous rencontrer ». Ils suggèrent par ailleurs à l’Etat de renforcer sa participation pour mieux contrecarrer les desseins d’une entreprise qui se comporte comme un concurrent direct. « Nous pensons que l’Etat doit renforcer sa part dans le capital de la Sonatel » disent-ils. Ils lui expliquent que la Sonatel paie 10 milliards à France télécom (Ft) qui reçoit au titre des brand fees et du management fees. Des services que les syndicalistes estiment trop chers pour les services rendus. Qui plus est, renchérissent -ils, l’opérateur français se positionne en concurrent dans la sous-région. A titre illustratif, les syndicalistes prennent l’exemple du Niger où Ft a obtenu une licence en se basant sur une étude de marché faite par des cadres de la Sonatel.

Abondant dans le même sens, le chef de l’Etat informe ses interlocuteurs qu’il a écrit au Président français Nicolas Sarkosy pour lui annoncer qu’il va nationaliser la Sonatel en 2016. Et le Président de renchérir : « France Télécoms est le dernier symbole de la colonisation au Sénégal ».

Convaincu par les arguments de travailleurs de la Sonatel, il avoue qu’il va renoncer à son plan B. Il dit : « j’avais un plan B pour liquider la Sonatel, mais je ne savais pas que j’avais affaire à des patriotes ». Le Président ne s’étendra pas outre mesure sur ce plan B. Peut-être faisait-il allusion à un éventuel retrait de la licence agité par certains ?

Interpellé sur la 3 G+ au cours des discussions, le président avouera qu’il ne sait pas de quoi il s’agit. « Qu’est-ce que c’est ? », s’interroge Me Wade avant que le premier Ministre ne lui explique. Au terme des discussions, le président a ordonné au Directeur de l’Artp de revoir les tarifs. « Ces tarifs là ne sont pas bons, il faut revoir », conclut Me Wade.

Aliou Niane

(Source : La Gazette, 19 août 2010)

Post-Scriptum

Selon nos informations, les agents de l’Artp et de Global Voice ont inspecté ce lundi 16 août les locaux de la Sonatel afin de mettre en place les équipements. Ce qui a surpris les syndicalistes et réveillé leurs inquiétudes d’autant qu’ils étaient rassurés à la sortie de leur audience avec le Chef de l’Etat.

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)