twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Sénégal perd la Sonatel : Wade décidé à brader le reste des bijoux du pays, avant de partir

vendredi 19 février 2010

Suite à la rumeur selon laquelle France Telecoms s’apprêtait à monopoliser le capital de la Sonatel, syndicalistes et politiciens avaient sonné la résistance. L’État reculera. Mais, c’était en fait pour mieux sauter.

Les syndicalistes de la Société nationale de téléphonie du Sénégal (Sonatel) s’étaient organisés pour entrer dans le capital de cette entreprise nationale, que l’État s’apprêtait à livrer à France Telecom. Ils seront juste contenter. Devant son projet de vendre à cette entreprise française 9,9 % de parts, l’opposant et non moins homme d’affaire sénégalais, Moustapha Niasse, avait donné de la voix, pour déclarer qu’il était prêt à être acquéreur pour « l’intérêt du Sénégal ». Car, la Sonatel était si stratégique qu’il ne fallait pas laisser la majorité de son capital entre des mains étrangères.

Par la suite, le régime, qui avait un besoin d’argent, avait rangé le dossier dans ses tiroirs. Il ne l’avait placé, en fait, que sous le coude. Car, de sources certaines, l’État a fini de céder les 9,9 % du capital de la Sonatel à France Telecom. Du coup l’entreprise française devient l’actionnaire majoritaire de la boîte que l’ancien régime avait fait des pieds et des mains pour sa nationalisation. Un acte lourd de conséquences. Car, la France contrôle désormais les appels téléphoniques des Sénégalais. Ce qui compromet l’indépendance et la sécurité du pays. Même l’État du Sénégal est sous contrôle français.

C’est un bijou de la famille sénégalaise qui est ainsi bradé. Malheureusement les libéraux restent sur leur faim. Toujours dans le besoin d’argent, il s’apprête à vendre la Lonase, la Senelec, la Sar, ect. Car le président Wade a décidé de vendre tous les bijoux du Sénégal avant de partir. Il avait pris cette décision dans le domaine foncier. Depuis il n’y a plus d’espace libre à Dakar. Ainsi, Wade ne veut rien laisser derrière lui. Car le faisant, son successeur pourrait se fonder sur son legs pour démontrer qu’il était un médiocre, seulement soucieux de sa vanité et des caprices de sa famille.

(Source : Xibar.net, 19 février 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)