twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Sénégal fer de lance du développement de la monnaie numérique eCFA

lundi 8 mai 2017

Le Sénégal a annoncé en novembre 2016 qu’il émettrait sa propre monnaie numérique nationale basée sur la technologie Blockchain, la même technologie à l’origine du Bitcoin. La nouvelle devise eCFA aura un statut légal aux côtés des billets de CFA actuellement en cours.

La Blockchain permet aux transactions financières d’être transparentes et plus sécurisées. Mais contrairement à Bitcoin, l’utilisation de l’argent numérique soutenu par la Blockchain permet toujours aux gouvernements et aux banques centrales de contrôler le flux de devises et d’en dicter le nombre en circulation.

L’eCFA a été rendue possible grâce à une collaboration entre la Banque Régionale de Marchés (BRM) et une startup de Dublin eCurrency Mint Limited. La monnaie sera distribuée uniquement par la Banque centrale et a adopté la réglementation en monnaie électronique établie par la Banque centrale de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA).

Transparence et sécurité

Le Sénégal est en effet le deuxième pays à introduire une monnaie numérique à partir de la technologie de la Blockhain apres la Tunisie qui a remplacé sa monnaie numérique locale eDinar par une version eDinar issue de la Blockchain. Ces deux initiative montrent que l’Afrique est un formidable banc d’essai du nouveau fintech (Finance Technologique).

Alors, qu’est ce que c’est la Blockchain ?

Fondamentalement, Blockchain est la technologie qui a crée le Bitcoin. Il fournit un registre numérique sécurisé des transactions, distribué et décentralisé, de sorte qu’il n’y a pas de possibilité de falsification.

Le système a été adapté par plusieurs industries. Singapour, la Chine, la Suède et de nombreux autres pays envisagent leurs propres monnaies numériques à base de Blockchain. Les banques utilisent la Blockchain pour enregistrer et gérer les transactions. Essentiellement, toute industrie qui pourrait faire avec plus de transparence et de sécurité envisage d’adapter la technologie Blockchain.

En fin après le Sénégal, l’UEMOA envisage l’introduction du eCFA aux autres pays de l’Afrique de l’Ouest qui utilisent le franc CFA : la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Togo et la Guinée-Bissau.

Jelor Gallego, futurism.com (traduction Socialnetlink)

(Source : Social Net Link, 8 mai 2017)

Post-Scriptum

NDLR : Les informations contenues dans cet article publié en anglais le 26 novembre 2016 ont été formellement démenties par la Banque centrale des états de l’Afrqiue de l’ouest (BCEAO). Voir à ce sujet le communiqué de presse publié par la BCEAO.

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)