twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Nigeria dépense chaque année 400 millions $ pour des logiciels étrangers au détriment des locaux de mêmes fonctions

jeudi 21 mars 2019

Les acteurs nigérians du secteur de la finance et des technologies de l’information et de la communication ont appelé le gouvernement à adopter une politique adéquate qui mettrait un terme aux dépenses faramineuses engagées pour l’acquisition des logiciels étrangers au détriment de logiciels locaux de mêmes fonctions.

Lors de la table ronde réunie à Lagos du 18 au 19 mars 2019 sur l’utilisation des logiciels nigérians dans le secteur de la finance, Dan-Azumi Mohammed, directeur général du Bureau national pour l’acquisition et la promotion des technologies (NOTAP), a déclaré que le gouvernement dépense annuellement 400 millions $ pour des logiciels étrangers.

Selon lui, cette dépense répétée au fil des années a un impact sur l’industrie locale du logiciel qui peine à se développer parce que l’Etat ne lui accorde aucune commande.

Udukheli Izebuno, le directeur chargé du secteur gouvernemental chez Computer Warehouse Group (CWG Plc), société spécialisée dans la fourniture de solutions TIC, a expliqué que le Nigeria dispose d’une solide institution de la connaissance, mais les technologies qui en sont issues peinent à développer l’industrie du logiciel, parce que l’Etat préfère accorder sa confiance à des produits étrangers qui sont parfois sources de risque de sécurité.

Lors de la table ronde organisée par le NOTAP et l’Agence nationale de développement des technologies de l’information (NITDA), CWG Plc a souligné que la commande locale ne bénéficierait pas uniquement au gouvernement en termes de réduction de la dépense, elle contribuerait également à la survie de l’industrie locale du logiciel qui créera de la richesse pour les caisses de l’Etat en plus de créer de l’emploi.

(Source : Agence Ecofin, 21 mars 2019)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)