twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Kenya veut devenir un eldorado du minage de bitcoin grâce à son excédent d’énergie géothermique

lundi 6 juin 2022

Le Kenya espère accompagner les mineurs de Bitcoin dans leur transition écologique. Plusieurs entreprises qui font du minage « bas-carbone », une marque de fabrique, ont déjà approché le principal producteur d’énergie géothermique du pays.

Kenya Electricity Generating Company (KenGen), le principal producteur d’électricité géothermique au Kenya, a invité les fermes de minage de bitcoin à s’installer dans le pays, pour profiter de son excédent de production, a rapporté le site d’information spécialisé dans les cryptomonnaies CryptoSlate le 4 juin.

« Nous sommes prêts à accueillir les fermes de minage de bitcoin ici, car nous avons l’espace nécessaire et l’électricité est proche, ce qui contribue à la stabilité », a déclaré le directeur du développement géothermique de KenGen, Peketsa Mwangi, cité par CryptoSlate.

M. Mwangi a également révélé que certaines sociétés spécialisées dans le minage de bitcoin ont déjà pris langue avec la compagnie kenyane. « Certaines fermes de minage ont demandé une capacité initiale de 20 mégawatts (MW) avant de monter en puissance par la suite, étant donné que leur activité est très énergivore », a-t-il précisé.

Selon le journal kenyan The Standard, KenGen espère installer des fermes de minage de bitcoin aux alentours de sa principale centrale géothermique située près de la ville Naivasha (123 km à l’ouest de Nairobi).

Le Kenya est le premier producteur d’énergie géothermique en Afrique. Sa production est estimée à 14 000 MW d’électricité pour une capacité installée de 863 MW seulement.

Alors que le minage des cryptomonnaies requiert d’énormes besoins en électricité pour faire fonctionner les ordinateurs qui réalisent les calculs nécessaires à la validation des transactions et à la création des monnaies virtuelles, les entreprises spécialisées sont sous pression, en raison des émissions très élevées de gaz à effet de serre générées par leurs activités.

Expulsés de Chine l’an dernier, plusieurs fermes de minage cherchent asile dans des pays ayant des offres excédentaires d’énergies renouvelables.

(Source :Agence Ecofin, 6 juin 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)