twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Digital, nouveau relais de croissance pour l’Afrique

jeudi 9 juin 2016

L’Afrique a amorcé depuis près de 10 ans sa révolution numérique. Dans de nombreux pays du continent, ce secteur technologique est placé par les gouvernants aux rangs des priorités et les opportunités sont de plus en plus nombreuses. Pour de nombreux spécialistes le développement du continent ne saurait se faire sans cette nouvelle donne.

Longtemps restée à la traine sur le plan technologique le continent africain rattrape progressivement son retard au niveau des télécoms et de l’internet. Selon l’Institut Universitaire de Technologie (IUT), le marché des télécoms en Afrique s’illustre à travers les usages du mobile car le réseau fixe est essentiellement difficile d’accès. Dans ce sens les stratégies numériques se multiplient sur le continent, aucun pays africains ne veut rester en marge de cette révolution. Les opportunités sont nombreuses dit-on et certains gouvernants du continent l’on bien comprit. Même si le taux de personnes connectées (….) reste relativement faible, la demande des consommateurs est en pleine croissance et devrait connaitre d’ici à 2017 une augmentation de près de 20% dans certains pays. Loin d’être une mode, le numérique s’inscrit comme une urgence, une nécessité si l’Afrique ne veut pas rater le train de l’évolution technologique. Et pour de nombreux experts toutes les conditions sont réunies pour réussir cette révolution déjà amorcée. « Le digital est l’avenir du continent et ce n’est un secret pour personne. Le dynamisme du marché africains se manifeste par une forte évolution des usages et une transformation vers le digital qui s’accélère, multipliant ainsi les modes de consommation des africains, ce qui représente un énorme potentiel pour les investisseurs », estime Paul Midy, CEO de jovago.com, acteur du numérique africain. « L’Afrique a tout intérêt à investir dans le numérique. C’est un véritable levier de croissance qui permet de créer des emplois », a déclaré M. Alioune Ndiaye, Directeur de la Sonatel (Sénégal), lors du premier Salon africain sur le contenu numérique organisé à Dakar. A ce jour, 160 opérateurs de téléphonie mobile composent le paysage de télécoms à travers le continent, soit une moyenne de 3 opérateurs par pays. Le continent a enregistré un boom en matière de téléphonie mobile. En 2013, il comptait 66 % d’abonnées à la téléphonie mobile soit 617 279 080 personnes avec la moitié des abonnés mobiles qui utilise une connexion internet via leurs réseaux mobiles (USB data internet, les box et les bornes Wifi). Malgré le fait que le continent enregistre le taux le moins élevé de la contribution d’internet, certains pays rivalisent néanmoins avec les plus grandes économies de ce secteur dans le monde. C’est le cas du Sénégal (3.3%), du Kenya (2.9%) et du Maroc (2.3%). Il faut noter que certains pays africains qui enregistrent des taux de pénétration d’internet élevés n’obtiennent pas les meilleurs scores pour la contribution d’internet à l’IGDP, c’est le cas de l’Afrique du Sud ou du Rwanda.

Dans certains domaines, l’’Afrique fait figure de pionnière, notamment en ce qui concerne le mobile payment qui constitue une alternative au système bancaire. Selon une étude du cabinet Deloitte près de 52 % des transactions mondiales sont africaines. Plus de la moitié des utilisateurs de portables utilisent ce moyen de paiement au Kenya et en Tanzanie et plus d’un quart en Afrique du sud et au Sénégal. L’Afrique est un continent mobile centrique et l’accès à internet se démocratise de façon rapide avec les effets conjugués des réseaux haut débit 3G, et dans certains pays 4G, le continent devrait atteindre 350 millions en 2017. Le développement de la téléphonie mobile sur ce continent a permis de démultiplier les usages faits de ce réseau. Au cœur de cette révolution et en dehors de la communication téléphonique classique, de nombreuses applications permettent l’accès à une multitude de possibilités. Mais c’est l’utilisation des réseaux sociaux qui est en tête en termes d’audience dans plusieurs pays. Le numérique est désormais au centre des usages et de nombreuses entreprises africaines l’on comprit en accordant une place importante à cette technologie dans leur développement national et international. Il est de même pour les institutions étatiques qui proposent désormais certains services via le numérique.

Ismael Cabral Kambell
Responsable Relations Publiques I Afrique de l’ouest

(Source : Jovago, 9 juin 2016)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)