twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Lancement du premier satellite africain

vendredi 21 décembre 2007

Le premier satellite de télécommunications entièrement dédié au continent africain et ses îles, RASCOM-QAF1 a été mis en orbite le 20 décembre dernier ! Cela a été le premier lancement de l’histoire pour tous les pays africains.

Ce satellite est la résultante d’un désir ardent et d’une volonté commune des Etats africains, réunis autour de l’organisation RASCOM, d’unir leurs efforts et de coopérer en vue de mettre en place une structure panafricaine de télécommunications par satellite pour l’Afrique. RASCOM est un exemple unique de coopération africaine réussie dans le domaine des télécoms. Confiée à Thaïes Alenia Space, elle a démarré en juin 2003. La charge utile (partie télécommunications contenant les répéteurs ou transporteurs et les circuits) du satellite a été fabriquée à Toulouse, tandis que la plate-forme, un Spacebus 400083(partie aéronautique du satellite) a été conçue à Cannes. Ce système RASCOM-QAF est composé, d’un segment spatial opéré par RSQ, composé de deux satellites et de facilités sol (facilités de contrôle, mission et business) d’un réseau de service de communications intégrées, composé de stations de réseaux conçues et opérées par RSQ et de terminaux ruraux achetés et opérés par les opérateurs africains, d’un réseau de Transport Faible Trafic composé de stations de réseaux conçues et opérées par RSQ et des passerelles conçues par RSQ et achetés et opérés par les opérateurs africains. il fournit une conductivité complète entre tous les pays africains en bande C et Ku, une couverture globale en bande C sur l’Afrique, l’Europe et une partie du Moyen-Orient, avec 8 répéteurs, deux couvertures en bande Ku (12 répéteurs) : Ku Nord, Ku Sud. Concrètement, RASCOM fournira des services de télécommunications aux opérateurs de télécoms, mais également aux fournisseurs d’accès Internet et aux opérateurs détenant des licences VSAT. Son offre se caractérise par : la construction et l’exploitation d’un satellite entièrement dédié au continent africain. Il bénéficiera alors d’une technologie de pointe qui lui permettra de réduire le fossé numérique avec le reste du monde, la mise en place d’une infrastructure de télécommunications dans les zones rurales du continent.

Une telle innovation permettrait de réduire la marginalisation des zones rurales jusqu’ici défavorisées, complétant ainsi les réseaux terrestres fixes et mobiles déjà existants, l’amélioration ou le développement des communications interurbaines dans chaque pays africain, l’établissement de lignes directes entre tous les pays africains et une facilitation des échanges de programmes radio et télévision entre ces mêmes pays, via un système satellitaire dédié au continent,le soutien de la conductivité internationale, car l’Afrique doit rattraper son retard quant à sa participation à la société mondiale de communication. RASCOM propose en outre à ses clients un ensemble de services innovants de communication intégrée, la téléphonie rurale, une conductivité directe entre pays africains (sans transiter par d’autres continents), l’envoi de données sur IP, via le système satellitaire RASCOM, et ce, à faible coût. Le Service de Communications Intégrées (ICS) est une solution de bout en bout parfaitement adaptée à la demande du marché africain. En effet, cette solution, clef en main, fournira un segment spatial, les terminaux ruraux et des services de management de réseau. Avec le premier satellite de son système, RSQ permet au continent africain, et par conséquent à toutes les populations de prendre part à la société de la communication, contribuant ainsi à réduire la fracture numérique. A ce titre le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) a identifié et listé le projet du système de satellite panafricain RASCOM-QAF comme infrastructure de base prioritaire pour favoriser le développement des nouvelles technologies de l’information et de la Communication. Après le succès des tests effectués à Cannes, RASCOM-QAF1 a été acheminé le 2 novembre 2007 au Centre spatial de Guyane (CSG), à Kourou, où aura lieu son lancement. Notons que la masse au lancement du satellite est de 3500 Kg. Sa position orbitale à 2.9° Est, lui confère un excellent angle de vue sur le continent africain, une partie de l’Europe et le Moyen-Orient. Des tests en orbite sont prévus après le lancement de RASCOM-QAF1 et les opérations commerciales pourront débuter dès le deuxième trimestre 2008.

RASCOM-QAF1 sera contrôlé depuis le Centre de contrôle à Gharyag, en Libye, par des ingénieurs africains. Le satellite est équipé d’interconnexions C-Ku et Ku-C qui sont dédiées aux services de communications intégrées fournissant de la téléphonie et de I’lnternet moyen débit. Les bandes C standard et Ku sont disponibles pour la location de répéteurs : réseaux VSAT, bouquet de télévisions, Internet haut débit, etc. RSQ et Thaïes Alenia Space installent actuellement l’équipement nécessaire aux tests en orbite du satellite. Une équipe de jeunes diplômés africains sera en charge du contrôle des fréquences de RASCOM-QAF1 au Cameroun. La création d’emplois en Afrique est un élément clé du succès de ce projet. RASCOM (Organisation régionale africaine de communication par satellite), la compagnie privée enregistrée à l’Ile Maurice, RascomStar-QAF (RSQ) est en charge de l’implantation et de l’exploitation du premier projet de satellite de télécommunications dédié au continent africain. le système RASCOM-QAF. L’entreprise est responsable : du financement, de la conception, de la fourniture, de la construction, de l’installation, de la réception des opérations de maintenance ainsi que du lancement du satellite. Le tout à ses risques et coûts. A titre d’information, le Burkina a abrité le 6 mars dernier, la toute première réunion de l’assemblée des parties de RASCOM, présidée par le ministère des Postes et des TIC.

DCPM/MPTIC

(Source : Sidwaya, 21 décembre 2007

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)