twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Lancement de l’intranet gouvermental : Un simple « clic » pour accéder aux services de l’Etat

mercredi 16 mars 2005

Il suffira d’un « clic » ou d’un « double-clic » aux citoyens pour obtenir des informations. La « toile » gouvernementale s’ouvre ainsi aux administrés. Et l’Etat fait une économie de plus de deux milliards de F.CFA.

La cérémonie d’inauguration de l’Intranet gouvernemental s’est déroulée hier, à la Présidence de la République. Cet outil, mis en place par la Direction de l’Informatique de l’Etat, va permettre l’interconnexion de l’ensemble des cabinets ministériels et des grandes institutions de l’Etat. La cérémonie de lancement a été présidée par le Chef de l’Etat, devant les membres du gouvernement et de nombreuses autres personnalités.

Désormais, les différents services du gouvernement, les ministères et autres grandes institutions disposent d’un réseau de communication interne. Dénommé « Intranet gouvernemental », cet outil servira à faciliter les communications dans le domaine de la téléphonie et de la transmission de données. Les informations, qui vont circuler sur le réseau, seront sécurisées grâce aux différents systèmes de cryptage qui existent, a précisé Mouhamed Tidiane Seck, de l’Agence de l’Informatique de l’Etat.

Présentement, 53 bâtiments de l’Administration sont connectés au réseau qui dispose d’une vitesse de connexion de 256 Kbits à 1 giga bit. Ce qui va permettre une rapidité d’accès et de circulation des informations, de manière performante. A cela s’ajoutent la mise en place d’un centre de ressources, d’un centre d’hébergement de serveurs, d’une plate-forme de communication pour la téléconférence et la téléphonie sur IP (Internet protocole), c’est-à-dire d’une téléphonie via le Net.

Les téléphones sont ainsi interconnectés dans les diifférents services de l’Etat, dont les agents pourront se joindre sans frais, en composant seulement quatre chiffres.

Ceci permettra de réduire, de manière significative, la facture téléphonique de près de 2 milliards par an, a souligné Mouhamed Tidiane Seck. L’Intranet gouvernemental offre également aux agents un portail où ils pourront disposer de tous les outils dont ils ont besoin, pour assurer leur travail et augmenter leur environnement collaboratif.

Pour assurer la maintenance de ce système, un centre d’assistance est également en place, à destination des utilisateurs, ainsi qu’une centrale de contrôle du réseau pour vérifier et maintenir la bonne marche des machines et assurer les mesures correctives à prendre en cas de problèmes. Et pour actualiser les services offerts par l’Intranet gouvernemental, une expertise nationale est en place pour intervenir si besoin en est, a assuré M. Seck.

À l’ère du e-citoyen et du e-gouvernement

Cependant, l’Intranet gouvernemental est également un outil à destination du citoyen. Auparavant, ce dernier était confronté devant l’administration gouvernementale, comme à une citadelle infranchissable. Dorénavant, grace à cet outil, le citoyen peut accéder aux informations dont il a besoin, sans se déplacer et en se connectant simplement au réseau, a indiqué M. Seck. Pour remplir un formulaire pour demander un passeport ou une autorisation de construire, un simple clic suffira. À condition de savoir utiliser l’outil informatif d’une part, et à cet effet, l’accent doit être mis sur la formation des utilisateurs, et pour les agents de l’Etat une autoformation via le Web pourra se faire. D’autre part, grâce à une volonté de l’Etat, via l’Agence de Régulation des Télécommunications, il faudra assurer une réduction des coûts de téléphonie à travers un accès facilité aux Nouvelles Technologies, a indiqué M. Seck.

Par ailleurs, toujours dans ce cadre, les sites Web des ministères ont été finalisés à moitié et l’ensemble pourra être mis en ligne dans quelques semaines, a indiqué le directeur général de l’Agence de l’Informatique de l’Etat, Mouhamed Tidiane Seck. La mise sur pied de l’Intranet gouvernemental a duré près d’un an et demi. Son extension au niveau des autres régions du pays s’effectuera au courant de cette année, a assuré M. Seck. Et à terme, l’Intranet gouvernemental va évoluer vers un Intranet administratif, englobant tous les services de l’Administration sur toute l’étendue du territoire.

KARO DIAGNE

(Source : Le Soleil, 16 mars 2005)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)