twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La pêche artisanale entre dans les Nouvelles technologies

vendredi 12 septembre 2003

La pêche artisanale sénégalaise se modernise et tente d’entrer dans une nouvelle phase en taquinant les Nouvelles technologies. C’est le moins qu’on puisse dire avec les nouveaux outils qui commencent à poindre à son horizon et que nous avons vus en œuvre du côté de Cayar, l’une des grandes plages de débarquement de poisson. Là, la coopérative de pêche locale, le GIE « Yallay Mbaneer ak Feex-gui », dispose déjà d’un extranet web (site accessible par mot de passe) qui permet de recueillir et de classer quotidiennement un grand nombre de données pratiques voire indispensables aux pêcheurs, notamment pour leur sécurité. D’un autre côté, pêcheurs, mareyeurs et acheteurs peuvent désormais utiliser les services de Manobi, via leurs portable, pour prendre connaissance des prix pratiqués sur les zones de débarquement. Un tel service Wap (Internet pour les mobiles) est d’ailleurs déjà disponible pour le secteur agricole où producteurs, grossistes et autres acheteurs bénéficient d’informations quotidiennes sur les prix pratiqués dans les principaux marchés de Dakar.

La plate-forme web que Pape Mbaye, le comptable de la coopérative des pêcheurs, nous a présentée dans les locaux du GIE, à quelques encablures des quais de pêche et de la zone de débarquement à Cayar, regroupe plusieurs types d’informations susceptibles d’intéresser les pêcheurs et tout ce qui tourne autour de la pêche : conditions météorologiques, heures des marées, captures quotidiennes des différents types de poissons, prix, courbes et statistiques. Ces données sont aussi disponibles sur les téléphones portables et visibles par tout pêcheur abonné au système.

Ce n’est pas rien. Avant leur départ pour la haute mer, les pêcheurs peuvent s’enquérir des conditions météorologiques et des heures des marées directement sur leur portable, mais, en plus, ils communiquent à la coopérative leur heure de départ ainsi que l’heure prévue de leur arrivée. Ces données, introduites dans la plate-forme, contribuent à améliorer leur sécurité. La pêche artisanale sénégalaise est un secteur où l’on déplore chaque année de nombreux morts et disparitions. Ce nouvel outil devrait aider à améliorer la sécurité. Si un pêcheur, parti à six heures du matin, et dont le retour est prévu à onze heures, demeure absent un certain temps après cette heure, l’alerte peut être donnée.

Sur la pertinence de cet outil, Pape Mbaye, le comptable du GIE, est formel : « Avant, précise-t-il, nous ne disposions d’aucune statistique fiable. Quelques données étaient inscrites manuellement, mais elles étaient difficiles à exploiter. Maintenant, on peut connaître les quantités pêchées chaque jour pour chaque spécialité et ces données peuvent être exploitées. De plus, on peut faire des comparaisons, par exemple, entre les quantités pêchées à telle ou telle période, entre les prix. » Sur les quais de débarquement, c’est Ngouda Kane, l’« enquêteur » de la société créatrice de la plate-forme, qui est chargé de recueillir les prix et de les introduire dans le système. Une tâche dont il s’acquitte tous les jours, dimanches et jours fériés compris, nous dit-il. PDA (ordinateur de poche) en main, il arpente la plage de Cayar, lorsque les pêcheurs débarquent, ainsi que les quais. Il recueille minutieusement les prix des transactions entre les pêcheurs et les mareyeurs, mais aussi, sur les quais, entre mareyeurs. Pour chaque espèce (espadon, mérou, sardine, dorade, pageot, ombrine, etc.), les prix sont notés, comme cela se fait déjà pour les produits agricoles (légumes), sur une demi-douzaine de marchés de Dakar, à l’intention des acteurs de l’agriculture (producteurs, revendeurs, voire consommateurs).

Comme pour les prix des légumes, ceux des poissons sont consultables sur un simple téléphone portable et, bien sûr sur un ordinateur bénéficiaires du service. Samedi dernier, un acheteur rencontré sur la plage, portable à la main, était en train de consulter les prix du jour en manipulant son mobile et en bouclant ses achats. Son abonnement au service lui permet de consulter les prix presque en temps réel, l’enquêteur les rendant disponibles quelques minutes après en avoir pris connaissance.

Certes, tout cela est loin encore de faire partie du mode de vie de ce qu’on peut appeler le « pêcheur traditionnel moyen ». Et les quelque dix mille pêcheurs de Cayar sont loin d’être tous concernés. Manobi en est actuellement à la phase test depuis juste quelques mois. Pour l’heure, ce sont essentiellement les données de Cayar, de Soumbédioune et du Marché central aux poissons qui sont prises en compte. Le système ne prendra son envol que si un grand nombre d’adeptes de la pêche artisanale l’adoptent, d’une part, et si, d’autre part, mareyeurs et autres intermédiaires s’y intéressent. On pense rarement aux pêcheurs quand on parle de l’utilisation des Nouvelles technologies. Cet exemple démontre qu’avec un peu d’imagination et la volonté de répondre aux besoins des populations, il est possible de développer, à partir de technologies très pointues, des services accessibles (aussi bien en termes de prix qu’en termes d’appropriation) à des cibles auxquelles l’on n’a pas l’habitude d’associer, l’Internet, le wap et, d’une manière générale, les Nouvelles technologies. Il reste évidemment à poursuivre une telle expérience, et surtout à pouvoir y intéresser l’ensemble du secteur de la pêche ainsi que les autorités, pour l’amener à avoir un impact réel dans la qualité de vie de ses utilisateurs et dans notre économie.

Cheikh Alioune JAW

(Source : Nouvel Horizon, 12 Septembre 2003)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)