twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

La Tanzanie songe à relever les tarifs data pour compenser la chute des revenus due à WhatsApp

jeudi 11 mars 2021

Au cours des dix dernières années, le gouvernement tanzanien a vu l’une de ses principales sources de revenus télécoms péricliter. Trouver une solution pour y remédier lui permettrait de se mettre à l’abri de mauvaises surprises.

Pour compenser les pertes financières induites par la chute du trafic télécoms international voix provoquée par l’adoption massive de l’application Over-The-Top (OTT) WhatsApp, le gouvernement de la Tanzanie réfléchit actuellement à diverses solutions, notamment à l’introduction de nouveaux tarifs data. Le ministre des Technologies de l’information et de la communication, Faustine Ndugulile, l’a révélé mercredi 10 mars dans un entretien accordé à mwananchi.co.tz.

Reconnaissant qu’interdire les appels WhatsApp n’est pas une option viable, Emmanuel Manase, le directeur des questions sectorielles auprès de l’Autorité de régulation des communications de Tanzanie (TCRA), a indiqué qu’un ajustement des prix pourrait au contraire aider l’Etat à stabiliser ses recettes. Il a soutenu que la première étape sera d’abord d’identifier les téléphones qui émettent et reçoivent des appels via les OTT. A travers leurs données d’appels, le régulateur pourra estimer la valeur totale des appels émis et reçus afin de déterminer de combien ajuster le prix de la data.

Au fil des années, les OTT ont été préférés par les consommateurs des services télécoms au regard des coûts abordables qu’ils offrent. Conséquence, le nombre d’appels internationaux sur mobile est passé de 107,2 millions au quatrième trimestre 2012 à 27,27 millions au dernier trimestre de 2020, selon la TCRA. Soit un recul de 81,09 % en dix ans.

En trouvant une alternative à la chute des revenus sur le segment des appels internationaux, le gouvernement tanzanien veut préserver l’ensemble des ressources à travers lesquelles il prévoit de financer la relance économique post-Covid-19.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 11 mars 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)