twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Batik n° 188 Mars 2015

mardi 31 mars 2015

Bulletin sur l'actualité des technologies de l'information et de la communication


Sommaire

Éditorial

Actualités

Politique

Infrastructures et services

Projets

Rendez-vous

Editorial

Au-delà du passage à la 4G, il faut définir une politique nationale du très haut débit

Le 31 mars 2015, le ministère des Télécommunications et des Postes a officiellement annoncé la fin de la période expérimentale qui avait été accordée aux opérateurs de téléphonie mobile évoluant au Sénégal pour procéder au déploiement de la 4G. Initialement prévue pour s’achever le 31 décembre 2014, cette phase-pilote fut lancée en grande pompe par la Sonatel le 10 octobre 2013, avant même que l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) n’en informe le grand public. Le 3 décembre 2014, Tigo Sénégal, annonça à son tour qu’il allait expérimenter la 4G alors que l’on était à 28 jours de la fin de la phase expérimentale. Finalement, en janvier 2015, le Premier ministre donna instruction à l’ARTP de prolonger la phase d’expérimentation de la 4G jusqu’au 31 mars 2015. Dans ce cadre, la Sonatel couvrit une quarantaine de sites répartis entre Dakar et Saly, sans parler du déploiement occasionnel de la 4G lors du Magal de Touba. De son côté, Tigo se limitât à Dakar, couvrant les quartiers des Almadies et de l’aéroport, Ouakam, Fann-Résidence et ainsi que le Plateau avec également un déploiement à Touba pendant le Magal. Pour des raisons qu’il n’a pas jugées utile de rendre publiques, Expresso n’a pas participé à cette phase expérimentale. En fait, ce « forfait » n’est sans doute pas étranger aux mauvais résultats enregistrés par le troisième opérateur de téléphonie mobile dont les parts de marchés stagnent depuis plusieurs années. Après la fin de cette phase expérimentale, dont les opérateurs doivent communiquer les enseignements à l’ARTP, les autorités ont décidé de se faire accompagner par un cabinet international afin de lancer un appel d’offres pour l’attribution des fréquences de la 4G, non satisfaites qu’elles ont été par les propositions faites par les opérateurs présents sur le marché. Selon le communiqué officiel diffusé par le ministère des Postes et des Télécommunications, le processus devrait prendre fin d’ici la fin de l’année 2015. Espérons simplement qu’il se déroulera dans la transparence la plus totale et qu’il ne trainera pas en longueur. En effet, nombre de pays africains, avec lesquels nous sommes souvent en concurrence dans le domaine des TIC, ont déjà introduit la 4G qu’il s’agisse tels la Namibie, l’Ile Maurice, l’Afrique du Sud, le Nigeria, l’Ouganda, la Tanzanie, l’Algérie, l’Angola, le Ghana, le Rwanda, la Côte d’ivoire, le Gabon, le Maroc, les Seychelles, le Kenya, le Lesotho, le Botswana, le Tchad, la Zambie, le Zimbabwe et même la Mauritanie ! Cela étant, déployer la 4G est une condition nécessaire mais pas suffisante pour mettre le Sénégal sur les rails de l’émergence. Au-delà, il faut penser dès à présent à mettre en place d’une infrastructure nationale en fibre optique à très haut débit (THD) couvrant toutes les capitales régionales et départementales. Luxe superflu dirons certains ? Que nenni leur disons-nous car il en va tout d’abord de la mise en œuvre d’une véritable politique de lutte contre la fracture numérique, question qui, au-delà des incantations déclamées pendant la décennie précédente, n’a jamais reçu une réponse adéquate. Or, aujourd’hui, ne serait-ce qu’avec l’Université virtuelle du Sénégal (UVS) qui compte déjà près de 7000 étudiants à travers le pays et l’utilisation croissante des TIC pour l’éducation (TICE) dans les écoles, les collèges et les lycées, cette dimension ne saurait être ignorée plus longtemps. Il s’agit également, et surtout, de rendre nos entreprises plus compétitives, particulièrement celles qui s’investissent dans la création de services à valeur ajoutée TIC, dans un contexte caractérisé par l’intégration régionale et la mondialisation. Il nous faut par ailleurs rendre notre pays plus attractif pour les investisseurs étrangers en leur offrant des infrastructures de télécommunications de classe mondiale. Last but not least, cette infrastructure à très haut débit, composante indispensable d’une politique d’aménagement numérique du territoire qui reste à définir, devrait être le support sur lequel reposera la fourniture de services, qu’il s’agisse de procédures administratives dématérialisées destinées aux citoyens et aux entreprises, de prestations de télémédecine apportant une réponse à la concentration des spécialistes à Dakar, sans parler de tous les services à valeur ajoutée qui devraient progressivement voir le jour et intéresser tous les segments de la société. Le passage à la 4G ne devrait donc être que le prélude à la définition d’une politique nationale de développement du très haut débit, qu’il soit mobile ou terrestre, faute de quoi l’émergence restera un vœu pieux.

Alex Corenthin
Secrétaire aux relations internationales

Actualités

Téléphonie de l’Etat : Signature de conventions entre l’ADIE et certains ministères

Le 27 mars 2015, le Directeur général de l’Agence de l’informatique de l’Etat (ADIE), Cheikh Bakhoum et le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Pr. Mary Teuw Niane, et ont signé une convention de partenariat visant à mettre à la disposition du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) quelques 206 terminaux de communication ainsi répartis : 15 smartphones Huawei Ascend P6, 47 smartphones Huawei Ascend Y210C, 64 téléphones type 3 et 80 téléphones fixes. Auparavant, une convention du même type avait été signée le 18 mars 2015 avec le ministère de la Santé et de l’Action sociale (MSAS) pour l’octroi de 410 terminaux fixes et mobiles. Ces actions qui s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de l’intranet administratif, permet aux agents du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de communiquer gratuitement entre eux de façon illimitée. L’objectif de cette démarche est la réduction substantielle de la facture téléphonique de l’Etat qui se chiffre annuellement à plus de 22 milliards de FCFA.

ADIE : http://www.adie.sn/
MESR : http://www.mesr.gouv.sn/
MSAS : http://www.sante.gouv.sn/

Forum régional sur la normalisation pour l’Afrique

Le forum régional sur la normalisation pour l’Afrique, organisé par l’Union internationale des télécommunications (UIT), s’est tenu du 23 au 27 mars 2015 à Dakar (Sénégal). Cette rencontre d’échanges et de partages d’expériences portant sur les questions relatives à la qualité de service et à la qualité de l’expérience de l’utilisateur (QoS/QoE) et sur l’impact des changements climatiques sur les réseaux de télécommunications avait pour finalité d’élaborer un cahier de charges des normes internationales sur la qualité de fonctionnement, la qualité de service, et la qualité d’expérience. Lors de cette réunion, il a été également question des terminaux, des réseaux et des services allant de la transmission de la parole sur des réseaux fixes à commutation de circuits aux applications multimédias sur des réseaux mobiles et en mode paquet.

UIT : http://www.itu.org/

La construction du futur siège social de la SONATEL a coûté cinq milliards de FCFA

Selon des informations publiées sur Internet, la construction du nouveau siège de la SONATEL, dont la pose de la première pierre remonte au 23 novembre 2010, a coûté quelques 5 milliards de FCFA. Construit par la Compagnie Sahélienne d’Entreprise (CSE) sur la voie de dégagement nord (VDN), il est actuellement le plus grand bâtiment à usage de bureaux construit pour une entreprise privée au Sénégal. Suite à l’assemblée générale de la SONATEL qui se tiendra le 9 avril 2015, ce bâtiment abritera officiellement le nouveau siège social de la SONATEL.

SONATEL : http://www.sonatel.com/

Lancement des activités de JCertif Sénégal

Le 26 mars 2015, JCertif Sénégal a procédé au démarrage de ses activités à travers un forum au cours duquel il a présenté son projet de rencontre internationale prévu au mois de novembre 2015 à Dakar (Sénégal). A cette occasion les discussions ont tourné autour de deux thèmes à savoir le rôle de la technologie et de l’innovation dans le renforcement des capacités des PME d’Afrique Subsaharienne et l’orientation de la formation académique pour répondre aux attentes du monde de l’emploi. JCertif est un organisme indépendant à but non-lucratif dont l’objectif est de promouvoir les nouvelles technologies de l’information à travers des activités comme des conférences (JCertif Conf), des ateliers et cours de programmation (JCertif University) ainsi qu’un laboratoire de développement de projets Open Source. Ces activités tournent autour événements comme des conférences, des tables rondes, des ateliers et cours de programmation ainsi que des laboratoires de développement Web, mobile, communautaires et d’entreprises. JCertif est déjà présent dans plusieurs pays africains dont le Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la République Démocratique du Congo (RDC), la République du Congo, le Rwanda, le Togo, et la Tunisie.

JCertif : http://jcertif.com/fr/

Séminaire organisé par le CONTAN et EXCAF Télécom sur la transition vers le numérique

Le 24 mars 2015, le Comité national de pilotage de la transition de l’analogie vers le numérique (CONTAN) a organisé, en collaboration avec le groupe EXCAF Télécom, un séminaire portant sur le thème : « La TNT, les architectures et plateformes technologiques et les opportunités ». Dans ce cadre, diverses problématiques ont été abordées telles le modèle économique de développement de la TNT au Sénégal, l’architecture du projet de transition au numérique, la chaine de valeurs et les plateformes de service « HBBTV, archivage EPG, mesure d’audience » les avantages de la télévision numérique terrestre et les différentes étapes du déploiement du projet. A cette occasion, Amadou Top, Directeur exécutif du CONTAN, a déclaré que Le processus de migration de l’analogique vers la TNT est actuellement dans la phase de « simultaneous broadcast » (Simulcast) qui permet de diffuser à la fois des programmes en mode analogique et en numérique mais que le 17 juin 2015, le Simulscast serait éteint pour diffuser uniquement en numérique. Il a par ailleurs précisé que toutes les capitales régionales bénéficieraient de la couverture numérique d’ici la fin du mois d’avril 2015.

CONTAN : http://www.contan.sn/

Signature d’un protocole entre l’ADIE et Gaïndé 2000

Le 19 mars 2015, en vue d’accélérer la mise en œuvre des projets de dématérialisation des procédures administratives, l’Agence de l’Informatique de l’Etat (ADIE) et Gaïndé 2000 ont signé un protocole qui permettra de mutualiser leurs ressources et leurs expertises. Le protocole signé par les deux parties concerne notamment les volets suivants : la réalisation du chantier de la dématérialisation des procédures administratives, la mise en place d’une infrastructure nationale de gestion de clé (IGNC) et la création d’un Centre national de numérisation et d’archivage (CNNA).

ADIE : http://www.adie.sn/
Gaïndé 2000 : http://www.gainde2000.sn/

Tigo signe un partenariat avec Ericsson en vue de l’externalisation de la gestion de son réseau

Le 17 mars 2015, Tigo Sénégal a signé un accord de partenariat avec Ericsson visant à transférer une partie des ressources humaines techniques du deuxième opérateur de téléphonie mobile de l’opérateur chez la filiale sénégalaise de l’équipementier Ericsson. Dans ce cadre, il est prévu de transférer un certain nombre d’agents chez Ericsson avec des conditions contractuelles et des avantages équivalents à ceux dont ils bénéficiaient chez Tigo. Dans le cadre de cette opération d’externalisation, à laquelle une partie du personnel s’oppose, il n’est pas prévu de suppressions d’emploi. Dans un communiqué de presse diffusé à cette occasion, Tigo Sénégal a précisé que tout en confiant la gestion opérationnelle de son réseau à Ericsson, il reste maître de sa stratégie d’investissement et de développement de son réseau, et propriétaire de ses équipements techniques.

Tigo : http://www.tigo.sn/

Signature d’une convention entre le CTIC Dakar, la BNDE et la COFIDES Nord-Sud

Afin d’accompagner les entrepreneurs développant des projets créatifs porteurs de croissance dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC), le CTIC Dakar, la Banque nationale de développement économique (BNDE) et la COFIDES Nord-Sud ont signé une convention. Dans ce cadre, la BNDE, s’engage à réceptionner les projets présentés par CTIC Dakar et à assurer la gestion et le suivi des prêts garantis par COFIDES. Fondée en 1995, la Cofides Nord-Sud est une coopérative financière qui se consacre au développement de l’entrepreneuriat en Afrique en s’appuyant sur les épargnants solidaires du Nord pour apporter des garanties bancaires aux entrepreneurs du Sud.

CTIC Dakar : http://www.cticdakar.com/
BNDE : http://www.bnde.sn/
COFIDES Nord Sud : http://www.cofides.org/

Pétition en ligne pour la réduction de moitié du coût d’accès à l’Internet au Sénégal

Des internautes sénégalais ont lancé une pétition en ligne, destinée au Président de la République, à l’Agence de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) et à Orange Sénégal, pour la réduction de moitié du coût d’accès à l’Internet au Sénégal. Dans le texte de la pétition on peut notamment lire ceci : « Alors qu’en France l’opérateur Orange offre l’accès à l’internet "très haut débit" à 25€, au Sénégal chez le même opérateur il faut débourser presque le double (45 €) pour profiter d’un internet de pire qualité ! C’est pour ces raisons là que nous devons nous lever pour demander plus d’équité et plus de justice pour qu’enfin l’Internet puisse jouer son rôle d’accélérateur de croissance au profit de tous ». La pétition est accessible à l’adresse suivante : https://www.change.org/

Lancement de Feug-Jaay, plateforme africaine de friperie en ligne

Le 14 mars 2015, il a été procédé au lancement de Feug-Jaay, plateforme africaine de friperie en ligne. Lancée par l’agence Sama Web Sunu Web, en partenariat avec Wafane Clothes spécialisée dans le commerce de la friperie, Feug Jaay se veut une plateforme d’informations sur la friperie et les marchés de friperie au Sénégal, un cadre d’échange entre les acteurs de ce marché notamment les fournisseurs et les clients, une structure qui fait du social à travers des dons de friperie aux talibés et aux pouponnières et enfin un outil de création d’emploi pour la jeunesse grâce à un partenariat avec une banque de la place qui pourra financer tout jeunes désirant se lancer dans le commerce de la friperie.

Feug-Jaay : http://www.feugjaay.com/

Politique

Le gouvernement met fin à la phase expérimentale de la 4G

Le gouvernement sénégalais, à travers un communiqué publié par le ministère des Postes et des Télécommunications, a décidé de mettre fin à l’expérimentation de la 4G démarrée en avril 2013 et qui devait initialement prendre fin le 31 décembre 2014 avant d’être prolongée jusqu’au 31 mars 2015. Les autorités sénégalaises ayant reçu des opérateurs de télécommunications présents sur le marché national des propositions qu’elles ont jugé « insuffisantes » et ne prenant pas en compte « les préoccupations de l’Etat en termes d’investissements futurs », elles ont retenu de se faire accompagner dans la suite du processus par un cabinet d’expertise internationale. L’objectif recherché est de « préserver les intérêts du Sénégal » et de se « donner les chances d’obtenir les meilleurs résultats dans cet exercice d’attribution des autorisations d’exploitation de la 4G ». Il s’agit par ailleurs d’obtenir « une meilleure visibilité sur les ressources de fréquences à mettre à la disposition des opérateurs pour le déploiement global de la 4G, à cause principalement du processus de réaménagement des fréquences qui ferait suite au basculement à la télévision numérique ». Selon le communiqué, ce « processus global » devrait se terminer avant la fin de l’année 2015.

Gouvernement du Sénégal : http://www.gouv.sn/

Vers un appel d’offres international pour les nouvelles cartes d’identités biométriques

Selon un article publié dans l’édition du 31 mars 2015 du journal Le Témoin, l’Etat va lancer un appel d’offres international pour la confection des nouvelles cartes nationales d’identité numériques, comportant une carte à puce, conformément à la décision du 46ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui s’est tenu le 15 décembre 2014 à Abuja (Nigeria). La mise en circulation de la carte d’identité biométrique de la CEDEAO est prévue pour le 1er janvier 2016.

Préparation d’un Conseil présidentiel sur la stratégie « Sénégal numérique »

A l’occasion du Conseil des Ministres du 19 mars 2015, le Président de la République, Macky Sall, a, dans la perspective de la transition de l’analogique vers le numérique, demandé au Premier ministre de préparer, dans les meilleurs délais, la tenue d’un Conseil présidentiel sur la stratégie « Sénégal numérique », en cohérence avec sa vision d’un Sénégal émergent. Il a, par ailleurs, rappelé au Gouvernement la nécessité de favoriser le désenclavement numérique du territoire, en mettant fondamentalement l’accent sur la connexion à l’internet haut débit, l’équipement numérique et informatique des centres de recherche, des universités, des écoles et établissements d’enseignement et de formation professionnelle, ainsi que la réalisation d’espaces numériques ouverts.

Gouvernement du Sénégal : http://www.gouv.sn/

Infrastructures et services

Marché 2014 des services télécoms : Plus de 50% des sénégalais connectés à Internet

Selon les chiffres publiés par l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), le nombre d’abonnés à la téléphonie fixe était de 311 945 au 31 décembre 2014 contre 343 718 abonnés au 31 décembre 2013 soit une baisse de 9,24%. De ce fait, le taux de pénétration de la téléphonie fixe est passé de 2,53% à 2,31%. Le nombre de lignes publiques continue à baisser puisqu’il était de 1266 lignes au 31 décembre 2014 contre 1812 lignes au 31 décembre 2013 soit une baisse de 30,13%. Le sous-segment de la téléphonie fixe est dominé par la Sonatel avec 91,1% des parts de marché contre 8,9% pour Expresso. Pour ce qui est du trafic voix sortant, il est en baisse puisqu’il est passé de 27,16 millions de minutes au 31 décembre 2013 à 20,49 millions de minutes au 31 décembre 2014. De son côté, la téléphonie mobile continue à croître fortement puisque le nombre de lignes est passé de 13 133 772 au 31 décembre 2013 à 14 379 729 au 31 décembre 2014 soit une hausse de 9.49%, le taux de pénétration passant de 96,80% au 31 décembre 2013 à 106,45% au 31 décembre 2014. En termes de parts de marché, la Sonatel arrive en tête avec 56,31%, suivie par Tigo avec 23,49% et Expresso avec 20,20%. Par rapport à décembre 2013, la Sonatel a perdu, 0,51 points de parts de marché et Tigo a gagné 1,46 points. Par contre, Expresso a perdu 0,95 points de parts de marché entre décembre 2013 et décembre 2014. Globalement le prépayé domine toujours le marché de la téléphonie mobile avec un taux de pénétration de 105,75% contre 0,70% pour le post payé. Concernant le trafic voix sortant, il a augmenté passant de 1252 millions de minutes au 31 décembre 2013 à 1558 millions de minutes au 31 décembre 2014. Enfin, s’agissant d’Internet, le nombre de lignes est passé de 2 294 036 au 31 décembre 2013 à 6 858 423 de lignes au 31 décembre 2014 soit une hausse de 198.97%. Au 31 décembre 2014, l’Internet mobile (2G et 3G) représentait 93,9% des connexions et les clés Internet en représentaient 4,3% contre 1,5% pour les connexions ADSL et 0,3% pour les connexions bas débit ((≤ 256 kbps). L’Internet mobile (hors clés Internet) a connu une progression spectaculaire puisqu’il est passé de 1 992 762 connexions au 31 décembre 2013 à 6 441 468 connexions au 31 décembre 2014, soit une hausse de 223,24%. Globalement, les connexions mobiles représentent 98,23% des connexions contre 1,77% pour les connexions fixes et le taux de pénétration d’Internet est passé de 16,91% en décembre 2013 à 50,77% en décembre 2014. En termes de parts de marché, la Sonatel vient en première position avec 65,08% en 2014 contre 50% en 2013, suivie de Tigo avec 23,80 % en 2014 contre 16,01 en 2013 et d’Expresso avec 11,12% en 2014 contre 34,48 en 2013.

ARTP : http://www.artp.sn/

Lancement de la phase pilote du projet « Ville de Dakar WiFi »

Dans le cadre de l’initiative « Dakar Ville Numérique », la ville de Dakar a lancé la phase pilote du projet « Ville de Dakar WiFi », en partenariat avec l’opérateur Tigo Sénégal. Dans ce cadre, les citoyens pourront surfer gratuitement sur Internet avec leur ordinateur, leur smartphone ou leur tablette tactile sur la place de l’indépendance en utilisant avec le SSID : VILLE-DE-DAKAR-WIFI. Le projet « Ville de Dakar WiFi » consiste à l’installation du WiFi sur les grandes places publiques sur toute l’étendue de la Ville de Dakar.

Ville de Dakar : http://www.villededakar.org/
Tigo : http://www.tigo.sn/

Accessibilité des applications Viber et WhatsApp : L’ARTP met en demeure la Sonatel

Suite aux explications fournies par la Sonatel selon lesquelles l’interruption de la fourniture des applications Viber et WhatsApp n’aurait été qu’un simple incident survenu le 1er mars 2015 pendant une durée de quinze minutes, l’Autorité de régulation des télécommunications et de la poste (ARTP), non satisfaite de cette réponse, a adressé une mise en demeure à l’opérateur historique. A travers cette correspondance, l’ARTP, en application de l’article 106 du Code des télécommunications, a demandé à la Sonatel de prendre toutes les dispositions utiles et d’apporter les diligences nécessaires pour mettre définitivement un terme à de pareils dysfonctionnements. Ladite mise en demeure précise par ailleurs, qu’à défaut, pour la Sonatel de se conformer à cette injonction, l’ARTP prononcera, à son encontre, les sanctions requises. En plus de ces actions, l’ARTP, à travers une équipe technique, a effectué une visite inopinée chez l’opérateur dont les résultats sont en cours d’analyse.

ARTP : http://www.artp.sn/

Projets

Vers l’adoption d’une directive communautaire par l’UEMOA sur la TNT

Le Conseil des ministres statutaire de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) réuni le 31 mars 2015 à Dakar (Sénégal) a examiné un projet de directive portant harmonisation du cadre réglementaire de la télévision numérique terrestre (TNT) dans l’espace UEMOA. Ce projet de directive permettra, à terme, de créer un nouveau paysage audiovisuel concurrentiel consacrant « la séparation des activités de diffusion des activités d’édition de programme de télévision dans l’espace communautaire avec une pluralité de chaînes de télévision et un développement de contenus nationaux et régionaux de télévision ». Ce texte s’inscrit en droite ligne de la mise en œuvre du règlement relatif aux normes de compression et de diffusion de la TNT dans l’espace UEMOA, portant sur la mise en œuvre la norme MPEG-4 AVC pour la compression et de la norme DVB-T2 pour la diffusion, adopté lors de la session ordinaire du Conseil des ministres de l’UEMOA du 27 mars 2014 tenue à Yamoussoukro (Côte d’ivoire).

UEMOA : http://www.uemoa.int/

Rendez-vous

Mobile West Africa 2015 (21-23 avril 2015, Lagos, Nigéria)

La conférence Mobile West Africa 2015, organisée par Basebone, fournisseur mondial de services mobiles en partenariat avec des firmes telles Mozilla, Airtel et MTN, se déroulera du 21 au 23 avril 2015 à Lagos (Nigéria).

Mobile West Africa 2015 : http://mobilewestafrica.com/2015/

Séminaire régional des radiocommunications UIT/UAT (20-24 avril 2015, Niamey, Niger)

L’Union internationale des télécommunications (UIT) et l’Union africaine des télécommunications (UAT) organiseront conjointement le Séminaire régional des radiocommunications UIT/UAT de 2015 pour l’Afrique (RRS-15-Afrique) qui se tiendra du 20 au 24 avril 2015à Niamey (Niger). Les deux premiers jours du séminaire seront consacrés aux concepts relatifs à la gestion du spectre ainsi qu’aux procédures associées à l’inscription des assignations de fréquence dans le Fichier de référence international des fréquences et des ateliers seront organisés au cours des deux jours suivants.

UIT : http://www.itu.int/

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)