twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

A Lomé, un forum international planche sur l’économie, la finance et les modèles économiques pour la 5G en Afrique

lundi 9 septembre 2019

L’Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunication (ARTP) organise, du 9 au 13 septembre à Lomé, le forum de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) sur le dialogue économique régionale de l’UIT sur les télécommunications pour l’Afrique. Ce forum est couplé de l’atelier sur l’économie, la finance et les modèles économiques pour la 5G et les nouvelles technologies pour le numérique en Afrique. Ces assises constituent un cadre de partage d’expériences et de bonnes pratiques pour le développement d’un environnement socio-économique numérique en Afrique.

Nul n’ignore aujourd’hui la place du numérique dans le développement des Etats. Conscients de ce fait, les pays africains font des efforts pour se mettre à niveau, en échangeant les informations, les bonnes pratiques et expériences, en vue de sortir leurs populations de la pauvreté. Suivant les termes de la Déclaration de Buenos Aires, les acteurs du développement des Télécommunications d’Afrique sont, depuis hier à Lomé, pour aborder la mise en œuvre des initiatives que la région Afrique avait retenues à l’occasion de la Conférence Mondiale du Développement des Télécommunications (CMDT) tenue en 2017 en Argentine. Il s’agit de la mise en place d’économies numériques et de la promotion de l’innovation en Afrique ; de la promotion de nouvelles technologies large bande pour aider la région à tirer pleinement partie de ses avantages. Il est aussi question du renforcement de la confiance et de la sécurité dans l’utilisation des TIC, de même que des capacités humaines et institutionnelles. Ceci, afin d’aider la région à transformer la société dans son ensemble et à se préparer au nouvel environnement socio-économique numérique. Les initiatives de la CMDT portent également sur la gestion et le contrôle du spectre des fréquences radioélectriques et le passage à la radiodiffusion numérique.

Ainsi, les débats de Lomé vont tourner autour de la transformation numérique et de la promotion des technologies futures pour la mise en place d’économies numériques et l’éclosion d’un environnement socio-économique numérique. Les experts doivent également échanger sur des questions de politiques économiques et financières des télécommunications, afin qu’un triple objectif soit réalisé à savoir : rendre les télécommunications sûres et financièrement abordables pour créer un environnement socio-économique numérique favorable à la réalisation des ODD.

Ouvrant les travaux au nom de la ministre des Postes, de l’Economie numérique et des Innovations technologiques, M. Tidjani Kassim, a indiqué que le gouvernement togolais, s’est engagé dans le développement des TIC, en élaborant le PND 2018-2022. Dans ce Plan, une place de choix est accordée au développement des infrastructures de télécommunications haut-débit, sachant que l’éclosion de l’économie numérique constitue un vecteur de développement avec de nouvelles opportunités et activités économiques pour les populations. Les licences de fournisseurs d’accès internet en 2017 et les deux licences 4G aux opérateurs mobiles en 2018 témoignent de cette volonté, a-t-il expliqué. Selon lui, la tenue de ce dialogue vient fort à propos pour le Togo, afin qu’il puisse tirer profit des connaissances et expériences des autres.

Représentant le Bureau Afrique de l’UIT, Mme Carmen Prado-Wagner, a relevé qu’il est important pour l’UIT de pouvoir travailler ensemble, non seulement au niveau national, mais aussi international, en vue d’améliorer la situation des pays de la région. Ainsi, ce 2ème dialogue va aborder diverses questions notamment la régulation collaborative, la transversalité des TIC, etc.

Le directeur général de l’ARTP, M. Abayeh Boyodi, a soutenu que les technologies numériques sont, aujourd’hui, la pierre angulaire de développement de tous les secteurs. Il a fait savoir qu’ « En 2018, il y a eu la 4G. Actuellement, la 5G au niveau de l’Asie est bien avancée. L’Europe se prépare pour octroyer les licences et l’Afrique ne sera pas du reste », a-t-il ajouté.

Blandine TAGBA-ABAKI

(Source : http://togopresse.tg/, 9 septembre 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)