twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

19 pays africains favorables à l’Impôt minimum mondial sur les entreprises multinationales

samedi 3 juillet 2021

Au niveau mondial, 130 pays pour l’opérationnalisation

130 pays et juridictions se sont mis d’accord, jeudi 1er juillet 2021, sur une réforme de la taxation des entreprises multinationales (EMN) prévoyant notamment la mise en place -et l’application effective à partir de 2023- d’un impôt minimum mondial assis sur les bénéfices de ces dernières.

Le wagon des premiers « adhérents » à ce nouveau cadre d’imposition comporte au moins 19 pays africains : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Cameroun, le Maroc, l’Afrique du Sud, le Libéria… Tous aussi convaincus que leurs homologues occidentaux de la nécessité de faire en sorte que les EMN paient une juste part d’impôt partout où elles exercent des activités et génèrent des bénéfices.

Très schématiquement, la nouvelle règle d’imposition des EMN va, d’une part, permettre de réattribuer à des pays de marché dans lesquels ces dernières exercent des activités commerciales et réalisent des bénéfices -qu’elles y aient ou non une présence physique- une partie des droits d’imposition de leurs pays d’origine ; d’autre part, instituer un impôt minimum mondial aux taux de « 15% au moins » que les pays peuvent valablement prélever sur les bénéfices de ces sociétés pour protéger leur base d’imposition.

En point de mire une cagnotte de 150 milliards de dollars à partager chaque année

Selon les simulations de l’OCDE, les droits d’imposition à réattribuer chaque année aux juridictions de marché portent sur plus de 100 milliards de dollars US de bénéfices. Et, cette manne financière taxée aux taux minimum de 15% devrait générer environ 150 milliards de dollars US de recettes fiscales supplémentaires par an, au niveau mondial. De quoi, il faut en convenir, avec les experts de ce forum stratégique international, cette réforme « sera d’un apport précieux aux États qui doivent mobiliser les recettes fiscales nécessaires pour rétablir leurs budgets et finances (mis à mal par la pandémie de la Covid-19) en investissant dans les services publics essentiels… ».

La route est encore longue de maintenant à 2023. La prochaine échéance dans le chronogramme d’implémentation de ce nouveau plan de taxation des EMN est octobre 2021, pour la fin des travaux techniques.

Albert Savana

(Source : Financial Afrik, 3 juillet, 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)