twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

13 500 000 FCFA extirpés au réseau Wari

mercredi 18 avril 2012

5 ans dont 2 ferme, c’est en effet, la peine que Pape Meissa Ndiaye et Woura Ba risquent, si, dans son délibéré du 18 avril prochain, le tribunal suit le réquisitoire du procureur. Les prévenus qui ont comparu, hier, devant le tribunal des flagrants délits de Dakar, sont accusés d’association de malfaiteurs, escroquerie, accès frauduleux dans un système informatique.

Pape Meissa Ndiaye et son acolyte Mamadou Woury Ba ont comparu, hier, devant la barre des flagrants délits de Dakar, poursuivis pour les délits d’association de malfaiteurs, escroquerie, accès frauduleux dans un système informatique. Les prévenus risquent gros, parce que le procureur, jugeant les faits constants, ne leur a pas accordé sa clémence. Estimant que les deux malfaiteurs ont bien muri leur plan, au préalable, avant de le mettre à exécution, il requerra 2 ans ferme. Les faits remontent au mois d’avril, quand les acolytes, très doués en informatique, (Pape Meissa Ndiaye est ingénieur financier de profession, bien au fait des systèmes informatiques), ont piraté le système du réseau de transfert d’argent Wari. La somme extirpée et qui fait l’objet de la plainte est de 13.500 000 f. A la barre, les acolytes se sont accusés mutuellement. Woury affirmant ne pas être au courant de la piraterie à laquelle s’adonnait son ami qui l’envoyait récupérer de l’argent, après chaque réception de message. Mais, vu la fréquence des retraits d’argent, il avait commencé à douter des actes de son ami. Ce dernier qui a utilisé 26 puces téléphoniques pour réussir de son plan, déclare que le piratage est comme un poison pour lui. Pape atteste avoir distribué toutes les sommes subtilisées à ses amis, n’ayant pu bénéficier que de 300 000 FCFA qui lui ont servi à payer 4 mois de loyer. Alors que son copain, lui, a reçu 4 millions, pour services rendus. Leur acte a été pesant, pour la structure Wari qui a vu ses clients se départir d’elle pour insatisfaction. Selon l’avocat de la partie civile, les prévenus n’ont pas mesuré leur acte qui a beaucoup nui à l’image et à la crédibilité de la société. Ainsi, demande-t-il, pour son compte, 20 millions, en guise de dommages et intérêts. La défense, pour sa part, a plaidé l’application bienveillante de la loi, ses clients, étant des adolescents à peine majeurs, sont tombés sur l’occasion et ont agi en amateurs. Si, dans son délibéré, le tribunal suit le réquisitoire du parquet, ils risquent 2 ans de privation de liberté.

Fanta Diallo

(Source : Rew Mi, 18 avril 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)