twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

eLearning Africa : la conférence d’octobre à Abidjan centrée sur l’agriculture

mardi 23 juillet 2019

Faire découvrir les nouvelles opportunités dans le secteur agricole afin de relever les défis de la croissance démographique et du réchauffement climatique, à une époque où la technologie évolue rapidement. C’est le challenge de la 14éme édition de la conférence eLearning Africa qui se tiendra cette année du 23 au 25 octobre, à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire.

Evénement consacré aux TIC appliquées à l’enseignement, à la formation et au développement des compétences en Afrique, eLearning Africa s’engage sur « la voie agricole » et proposera pour la première fois un programme composé de séminaires, de discussions et de débats consacrés à l’apprentissage et la formation dans le secteur de l’agro-alimentaire en Afrique.

Selon les organisateurs d’eLearning Africa, les thèmes majeurs de l’éducation et de l’explication agricole durable y seront abordés ; tout comme le rôle des TIC sur l’amélioration de la formation, de la gestion et de l’accès au savoir ; les partenariats et la collaboration ainsi que la protection de l’environnement.

Agriculture et technologie

Avec 40% des actifs employés actuellement sur l’ensemble du continent dont 70% de femmes, l’agriculture occupe une place centrale et permanente dans l’économie des pays africains. En y introduisant les technologies de la communication, ce sont, du point de vue de la fondatrice d’eLearning Africa Rebecca Stromeyer, des transformations formidables qui se dessinent dans l’agriculture en Afrique.

Cette initiative facilitera notamment la transmission « des informations sur la tarification, les marchés, les sources de financements, le développement économique agricole, la gestion des cultures et de l’élevage, la santé et l’écologie, le réchauffement climatique, les nouveaux moyens de combattre les maladies et sur bien d’autres sujets encore ».

Aussi, les efforts qui seront déployés dans le secteur de l’agro-alimentaire pour s’adapter aux transitions à venir, joueront-ils « un rôle majeur dans la transformation du continent et détermineront la capacité des économies africaines à enraciner une croissance économique durable et pérenne », assure Rebecca Stromeyer.

Pour le docteur Harold Elletson, rédacteur du compte-rendu de la conférence d’eLearning Africa qui mènera ce volet “agriculture”, « ce qui est en train de se jouer dans l’agriculture en Afrique est d’une importance capitale pour le monde entier et pas seulement pour l’Afrique ». Et d’ajouter : « Ce continent est riche en ressources naturelles. Il a de quoi nourrir sa propre population et peut même devenir un exportateur majeur de produits de grande qualité. »

e-Agriculture : des choix délicats

Le monde a beaucoup à gagner et apprendre de l’Afrique, certes. Mais les gouvernements africains qui sont à pied d’oeuvre pour développer un plan d’action très prometteur pour l’agriculture permettant l’introduction d’un marché commun de libre-échange, se retrouvent confrontés à des choix délicats.

Devraient-ils par exemple se précipiter dans les bras des gros exploitants industriels de l’économie mondialisée qui tentent de s’imposer avec force dans l’agriculture africaine ? Ne devraient-ils pas plutôt encourager le développement des petites fermes, construire un marché d’échange et un circuit de distribution proprement africain, préserver les savoirs traditionnels et améliorer l’accès des travailleurs, des gestionnaires et des entrepreneurs africains aux connaissances, à la formation et aux investissements ?

Des questions auxquelles le millier de participants attendus à la conférence eLearning Africa 2019 à Abidjan devront apporter des réponses par des idées et solutions issues du monde entier.

Anselme Akéko

(Source : CIO Mag, 23 juillet 2019)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)