twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

WhatsApp, messagerie instantanée la plus populaire en Afrique

jeudi 15 février 2018

WhatsApp a définitivement pris ses marques en Afrique. Avec plus d’un milliard d’utilisateurs par jour à travers le monde, le succès de l’application de messagerie instantanée n’en est pas moins retentissant en Afrique. En 2017, l’Afrique a enregistré une croissance de 12 % d’utilisateurs actifs des réseaux sociaux, portant ces utilisateurs à 191 millions sur le continent, selon un rapport des agences numériques We Are Social et Hootsuite. Parmi eux, environ 172 millions n’utilisent que deux plateformes appartenant à Facebook : WhatsApp et Messenger. La plus populaire reste inéluctablement WhatsApp utilisé un peu partout en Afrique, avec près d’une centaine de millions d’utilisateurs.

Avec les nombreux mouvements de contestations qui ont essaimé le continent l’an dernier, la plateforme a joué un rôle clé dans la circulation des informations, soient-elles parfois erronées. C’est notamment sur WhatsApp que des activistes se sont tournés pour sonner la mobilisation et ainsi éviter les violences policières lors de la distribution des tracts.

WhatsApp, c’est également un outil de business pour les petites entreprises à travers l’Afrique. Dans ce sens, Facebook a récemment lancé WhatsApp Business, une application autonome destinée aux propriétaires de petites entreprises à travers l’Afrique, l’Inde et le Brésil. Les détaillants du commerce en ligne l’ont également utilisé pour engager les clients et exécuter efficacement les retours et gérer les échecs de livraison.

Et la tendance pourrait aller croissante. Car, depuis janvier 2017 la pénétration d’Internet en Afrique a augmenté de plus de 20 %, atteignant plus de 73 millions de personnes supplémentaires. Le continent a également connu les taux de croissance les plus élevés au niveau mondial, les utilisateurs au Mali ayant sextuplé et plus que doublé au Bénin, en Sierra Leone, au Niger et au Mozambique.

Malgré ces belles promesses l’Afrique est toujours à la traîne en ce qui concerne la connectivité Internet. Dans certaines parties du continent, les forfaits haut débit mensuels restent élevés, entravant ainsi la rentabilité d’internet dans des secteurs comme la santé, l‘éducation ou encore les services financiers.

Carole Kouassi

(Source : Africanews, 15 février 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)