twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Wave Mobile Money réduit ses effectifs au Mali et au Burkina Faso

mardi 5 juillet 2022

Wave Mobile Money, première fintech à détenir une licence d’émetteur de monnaie électronique de la BCEAO, a réduit ses effectifs au Mali, au Burkina Faso et en Ouganda, ce qui ne correspond pas à une fermeture de ses filiales, précise le Groupe.

C’est une information que le fournisseur de services Mobile money tient à démentir formellement. Ses filiales au Mali, au Burkina Faso et en Ouganda ne sont pas fermées comme veulent le faire croire des articles diffusés dans la presse en ligne. Pour l’opérateur, ce qui a été interprété comme un départ de ces pays, n’est en réalité qu’un simple dégraissage de ses effectifs, visant à garantir une gestion optimale de ses services sur ces différents marchés.

« Afin de garantir un fonctionnement optimal de nos services et pour rester agile dans ces trois pays, nous avons dû prendre la décision particulièrement difficile de réduire nos effectifs, ce qui ne correspond aucunement à une fermeture de nos filiales tel que relaté dans la presse en ligne », explique la direction générale du Groupe Wave Mobile Money, avant de rassurer ses clients, ses partenaires et l’ensemble des populations quant à sa détermination de continuer à œuvrer à long terme pour l’inclusion financière. Le Groupe se réserve par ailleurs le droit d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre des auteurs et complices des actes et des messages de nature à porter atteinte à son image, sa réputation commerciale et à sa crédibilité.

Depuis le lancement de ses activités en 2016 au Sénégal, puis en Côte d’Ivoire, en 2021, Wave a considérablement réduit les taux de transfert d’argent à 1%. En outre, l’entreprise ne fait pas payer au client le retrait et le dépôt de son argent, au contraire de ses concurrents. Impactant du fait de ce modèle économique, toute la chaine de valeur du Mobile money. A commencer par les opérateurs émetteurs de monnaie électronique. Après avoir remis à jour leurs grilles de commissions, ils parviennent difficilement à rémunérer les points de vente.

Ensuite, lesdits points de vente, eux-mêmes, à la croisée des chemins, entre se réinventer ou disparaître. Pendant ce temps, la population, elle, se frotte les mains. Saluant sur les réseaux sociaux l’arrivée de cet opérateur créé en 2011 par les Américains Drew Durbin et Lincoln Quirk.

Anselme Akéko

(Source : CIO Mag, 5 juillet 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)