twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Walfadjri privé de téléphone : Comment la Sonatel abuse de son monopole

jeudi 24 août 2006

Le groupe Wal Fadjri a été privé de téléphone du mardi 22 au mercredi 23 courant (pour au moins une bonne partie de la journée) avec la décision de la Société nationale des télécommunications (Sonatel) de suspendre les lignes du groupe de presse. Et c’est lors de l’édition de la mi-journée de Walf Fm que le Président directeur général (Pdg) de Wal Fadjri, Sidy Lamine Niasse, s’est invité à l’antenne pour sonner l’alerte sur "ce qui était au début considéré comme une panne technique, liée aux problèmes de l’électricité", soutient Sidy Lamine Niasse.

La surprise du Pdg du groupe Wal Fadjri a été d’autant plus grande qu’il était convenu, selon lui, avec la Sonatel de payer les factures des stations régionales qui n’auraient pas été honorées. Et pourtant, clame-t-il, "Wal Fadjri s’est, de tout le temps, acquitté de toutes ces factures qui oscillent mensuellement entre 6 et 10 millions de francs Cfa". Pour Sidy Lamine Niasse, le différend avec Worldspace qui avait amené le groupe Wal Fadjri à payer plus de 150 millions de francs Cfa aux promoteurs du système de radiodiffusion numérique, aurait aiguisé les appétits de "la Sonatel qui cherche de l’argent facile".

C’est ainsi après avoir suspendu les lignes du groupe Wal Fadjri, que la société de télécommunications dans ses premières justifications avait envoyé par courrier électronique un relevé de factures du mois de juillet, dont l’échéance est fixée pour ce 25 août. Et le fameux dossier de co-localisation, évoqué par la Sonatel dans le cadre de la mise en place des antennes régionales du groupe de presse, a été clos depuis le 2 juin 2005, date à laquelle Wal Fadjri avait envoyé un chèque de 5 millions de francs Cfa à la Sonatel. Un chèque libellé pour régler la facture d’énergie.

Mais hier, la Sonatel s’est ravisée quelques heures après avoir suspendu les lignes pour soutenir que cette situation résulte d’"une erreur de recouvrement", commise par un "agent intérimaire qui aurait agi de manière cavalière". Mieux, note Sidy Lamine Niasse, "la Sonatel reconnait que Wal Fadjri est un bon payeur". Et elle a même décidé d’envoyer une délégation le mardi 29 courant à 10 h pour présenter ses excuses au groupe de presse. Seulement, le groupe Wal Fadjri, "qui accepte le mea culpa de la Sonatel", avait déjà déclenché la machine judiciaire. Et la société civile s’était manifestée pour soutenir le groupe. Toutes ces actions, rassure Sidy Lamine Niasse, ne peuvent pas être arrêtées d’un seul coup. Parce qu’il s’agit de tirer les leçons de cette situation pour qu’elle ne se répète plus dans l’avenir.

Mbagnick NGOM

M. NGOM

(Source : Wal Fadjri, 24 août 2006)

Post-Scriptum

Reflet : Une société voyou

Elle abuse de son monopole, la Sonatel. Telle une société voyou, elle peut vous couper le téléphone sans sommation, quand bien même vous auriez réglé vos factures arrivées à échéance. Le groupe Wal Fadjri en a fait les frais. Parce qu’il n’aurait pas, dit-on, payé les frais liés à l’énergie de la co-localisation des antennes de Walf Fm dans les régions, on a coupé le téléphone à son siège central bien que toutes ses factures de téléphone aient été payées à la date échue. Alors une question : quel lien peut-il bien exister entre la police d’abonnement au téléphone du groupe et le contrat par lequel la Sonatel a mis son énergie (dans les régions) à la disposition de la radio de Sacré Cœur pour qu’on rende aphone Wal Fadjri pendant plus d’une demi-journée pour frais de co-localisation impayés ? Aucun. Sauf que la Sonatel peut se permettre tous les abus jusqu’à faire du chantage à une société qui fait partie de ses meilleurs payeurs.

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)