twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Visite à la station terrienne de Gandoul - Moustapha Guirassy souligne l’importance des Tic

jeudi 10 mars 2011

En visite à la station terrienne de Gandoul, le ministre de la Communication et des Tic, Moustapha Guirassy, a estimé que les Tic peuvent être des plateformes et des supports pour porter les politiques de développement de nos pays. D’où, selon lui, la nécessité d’accorder plus de place à ce secteur dans les différents départements ministériels.

Pour le ministre de la communication, des télécommunications et des Tic, Moustapha Guirassy, les technologies de l’information et de la communication peuvent porter les politiques de développement économique et social des pays comme le Sénégal. En cela, il est devenu primordial d’en faire, selon lui, « une plateforme et un support » afin d’accompagner cette dynamique.

« Ce n’est plus un choix, c’est une obligation. C’est la meilleure des plateformes pour accompagner le processus », a-t-il indiqué, hier, à Sébikotane au terme de sa visite d’une station terrienne, qui est une initiative du gouvernement indien (à ne pas confondre avec la première station terrienne de Gandoul implantée dans les années 70).

Cette infrastructure en faveur des pays de l’Union africaine (Ua), fait aujourd’hui de Dakar le hub du projet « Pan African e-Network ». Soulignant l’importance de ce « joyau » implanté au Sénégal, Moustapha Guirassy estime que la donne technologique devrait, désormais, être intégrée par l’ensemble des départements ministériels.

« Nous comprenons bien ce que cette station peut apporter en terme de solutions. C’est pourquoi, nous avons pris la décision d’aller vers un face à face entre les acteurs qui évoluent dans le secteur des Tic et les différents départements ministériels pour que chaque département puisse intégrer dans la mise en oeuvre de sa politique une dose de Tic », a indiqué le ministre de la Communication.

Cette station est équipée des logiciels de haute technologie permettant de révolutionner les offres d’éducation et de santé de 47 pays africains qui ont paraphé l’accord de participation à ce grand réseau.

Concrètement, ce réseau va permettre une interconnexion des grandes universités d’Afrique, mais également des universités prestigieuses du continent par le biais de la télémédecine et de la télé-éducation.

Déficit de formation

Au Sénégal, l’université Gaston Berger de Saint-Louis a été choisie pour participer à ce projet, alors que dans le domaine de la santé, c’est le Centre hospitalier de Fann qui va y prendre part.

Expliquant cette initiative de son pays en faveur des pays africains, l’ambassadeur d’Inde au Sénégal, M. Nagesha Rao Parthasarathi, déclare qu’aujourd’hui, « l’Afrique est le futur du monde.

Et à l’image de l’Inde, il y a 20 à 25 ans, c’est un continent en marche ». En cela, l’ambassadeur indien estime que son pays a besoin de partager son expérience avec des pays comme le Sénégal.

Seulement, le ministre de la Communication et des Tic dit regretter qu’il n’y ait pas, au Sénégal, des étudiants assez formés dans les domaines ciblés par le projet tels que la télémédecine et la télé-éducation.

Un déficit que Moustapha Guirassy souhaite pallier grâce à une collaboration étroite avec l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. En ce qui concerne l’absence de sensibilisation et de communication sur la station terrienne de Gandoul, M. Guirassy souligne qu’il va désormais jouer sa partition pour une plus grande promotion de cet outil de grande importance.

Harmoniser les actions

A ce titre, l’ambassadeur de l’Inde au Sénégal met l’accent sur la nécessité de coordination des différents services et acteurs afin de tirer profit des avantages de la station de Gandoul.

Le ministre de la Communication et des Tic a toutefois indiqué qu’il y a nécessité, pour son ministère de s’ajuster et d’harmoniser son action. « Il s’agit, pour ce faire, d’orienter les efforts, d’harmoniser et d’aller dans une certaine direction.

Il y a à retrouver, au niveau du ministère, une certaine cohérence pour amplifier les possibilités que nous offre cette station », a affirmé Moustapha Guirassy. Tout en magnifiant le geste du gouvernement indien à accompagner le Sénégal et l’Afrique dans les conquêtes futures, le porte-parole du gouvernement, paraphrasant l’économiste et philosophe français Jacques Attali, souligne que si, il y a quelques années, la richesse se mesurait en termes de biens matériels et physiques, elle se mesure aujourd’hui en termes de connaissance.

« Mais demain, ce sera en termes de réseaux. L’Inde offre ces réseaux aux pays africains. L’Inde est en train d’accompagner le Sénégal et l’Union africaine dans la conquête de demain », a-t-il souligné.

Maguette Ndong

(Source : Le Soleil, 10 mars 2010)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)