twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Vidéos à la demande : le fisc ivoirien sur un marché en plein essor

jeudi 6 février 2020

Ils n’étaient pas appréhendés fiscalement. Pourtant, les services dits de « vidéos à la demande » sont en plein essor en Côte d’Ivoire. Dailymotion, Netflix, YouTube, IrokoTv, Miabox, TV Orange (en collaboration avec Pixafrica), Dstv, Showmax, Summview (en partenariat avec MTN), Afrostream… Les offres VoD se multiplient.

Les clients accèdent à un catalogue de films, de contenus télévisés et de documentaires moyennant paiement. Aujourd’hui, les services de vidéos à la demande sont les principaux concurrents des services traditionnels de télévision.

Jusque-là, ils profitaient de la croissance de l’internet mobile 3G et 4G sans contribuer au financement du secteur privé au même titre que les opérateurs du cinéma. Qui, eux, sont soumis à des obligations fiscales et parafiscales. Les autorités fiscales ivoiriennes ont décidé de corriger cette situation.

Aussi ont-elles créé, dans la loi de finances 2020, « une taxe sur la diffusion de vidéos à la demande au taux de 3 % du montant hors taxes du prix payé par le client en contrepartie de la mise à disposition de l’œuvre cinématographique ou audiovisuelle au moyen d’un procédé de communication électronique ».

L’annexe fiscale précise que le produit de la taxe collectée sur les VoD sera réparti comme suit : 60 % au Fonds de soutien à l’industrie cinématographique (Fonsic) ; 40 % à l’Office national du cinéma (Onac-Ci).

En Côte d’Ivoire, comme sur bien de marchés au sud du Sahara, les revenus générés par la VoD devraient tripler dans les cinq prochaines années. Selon le cabinet Digital TV Research, les recettes perçues par les services VoD sur le continent devraient atteindre 1,06 milliard de dollars en 2025, contre 183 millions de dollars en 2019.

Anselme Akéko

(Source : CIO Mag, 6 février 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)