twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Viabilite des radios communautaires

jeudi 9 septembre 2004

Partir des réalités sociologiques pour légiférer Modifier les textes législatifs régissant le domaine de la communication sociale dans le sens de la prise en compte de la personnalité spécifique de la radio communautaire, c’est ce qu’attendent les promoteurs sénégalais, de l’Etat

Après plus d’une décennie de présence sur le paysage médiatique sénégalais, les radios communautaires se cherchent toujours. Aujourd’hui, pour la plupart des promoteurs de ces stations, le cahier de charges qui leur est appliqué est « inapproprié » à leur vécu quotidien. C’est pourquoi, au-delà de la simple volonté de réaffirmer leur identité par rapport aux autres radios, avec une claire définition du contenu de leur outil de travail, les responsables des radios communautaires se lancent un défi fondamental pour assurer leur survie. Il s’agit notamment, souligne Oumar Seck Ndiaye, coordonnateur de l’Alliance des radios communautaires (Arc) par ailleurs directeur de la radio Oxy-Jeunes, d’« amener les autorités à légiférer en partant des réalités sociologiques des radios communautaires ». La journée de réflexion sur la législation de la radio communautaire au Sénégal, organisée hier dans le cadre de la Radio école communautaire, a servi de tribune pour des « échanges sur le texte du cahier des charges tel que défini par le gouvernement », note Souleymane Niang, coordonnateur du département radio à l’Institut Panos Afrique de l’ouest (Ipao).

Au 15 juin déjà, l’Ipao et la radio Oxy-Jeunes avaient à la suite d’une journée de sensibilisation, émis le vœu de voir les autorités procéder à « la modification des textes législatifs et réglementaires régissant le domaine de la communication sociale dans le sens de la prise en compte de la personnalité spécifique de la radio communautaire ». Organisée en prélude à la prochaine rencontre avec l’Etat du Sénégal, cette rencontre a été une occasion pour les promoteurs des radios d’agiter une fois encore la question de la gestion des fréquences. Et ce, avec comme référence, les législations au niveau de certains pays de la sous région, notamment le Mali, le Bénin, le Niger ou la Côte d’Ivoire. Oumar Seck Ndiaye souligne que dans la plupart de ces pays, « c’est un collège qui gère les fréquences et non un ministère ». Ce qui fait, ajoute-t-il, qu’« il y a moins d’arbitraire possible et les fréquences sont données de façon beaucoup plus transparente qu’au Sénégal ». Evoquant la question de la redevance demandée aux radios communautaires, en marge des travaux, le directeur de la radio Oxy-Jeunes fait remarquer que si théoriquement l’Etat demande annuellement cinq cent mille francs aux radios communautaires, les responsables des ces stations, vont plaider pour que dans la pratique cette somme soit ramenée à cent mille francs.

La rencontre d’hier aura, par ailleurs, permis aux participants de définir la charte de la radio communautaire. Cette charte reflète les valeurs fondamentales qui sous-tendent l’existence et l’action de la radio communautaire. Celle-ci doit être une « radio de développement, indépendante, laïque » mais également une « radio citoyenne, démocratique et culturelle ».

Mbagnick NGOM

(Source : Wal Fadjri 9 septembre 2004)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)