twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Vers une stratégie de développement de l’économie numérique

lundi 10 septembre 2012

Le Sénégal compte se doter d’ici janvier 2013 d’une Stratégie nationale de l’économie numérique, pour faire de l’Internet un levier du développement, a annoncé, lundi à Dakar, Ndèye Maïmouna Diop Diagne, Directrice des technologies de l’information et de la communication (TIC).

"Si le calendrier est respecté, on aura d’ici janvier une stratégie de développement de l’économie numérique au Sénégal, qui va intégrer des stratégies sectorielles comme l’éducation. On ne peut pas faire de stratégies de développement sans l’éducation, la santé, secteur privé etc.", a-t-elle dit.

La Directrice des TIC, dépendance du ministère de la Communication, des Télécommunications et des Technologies de l’information et de la communication, s’exprimait lors d’un panel sur le thème "Enjeux économiques et sociaux de l’Internet au Sénégal".

Cette manifestation se tenait dans le cadre d’un Forum national sur la gouvernance du numérique de l’Internet, organisé à la salle de conférence UCAD II de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

Selon Mme Diagne, l’Etat est en train de réfléchir sur des stratégies nationales dans ce domaine. "Il faut dire qu’on a une stratégie de développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication depuis 2001 qui a été validée par l’ensemble des acteurs (...)", mais "jusque-là, on a du mal à mettre à jour cette stratégie, du fait de l’instabilité institutionnelle", a-t-elle dit.

"On a eu huit ministres des TIC qui sont passés. A un moment donné, le ministère a été complètement supprimé quand on a créé de l’ARTP, on n’avait pas le levier politique qu’il faut, parce qu’une stratégie, c’est d’abord une stratégie gouvernementale", a expliqué Ndèye Maïmouna Diop Diagne.

"S’il n’y a pas un ministère pour prendre en charge les TIC, les gens peuvent faire des stratégies sectorielles mais pas globales", a-t-elle souligné. "Le secteur lui-même est porteur de croissance, de développement en tant qu’outils de transformation", mais il faut un appui "au plus haut niveau politique", a estimé Mme Diagne.

"C’est pour ça que depuis le mois d’avril dernier, on a eu un accord avec la Banque mondiale pour mettre en place une nouvelle stratégie au Sénégal", a-t-elle annoncé.

Un comité de pilotage a été mis en place à cet effet, de même qu’un arrêté va être pris, "un comité de suivi opérationnel plus réduit y travaille (...), qui est en phase de sélection", selon la Directrice des Technologies de l’information et de la communication.

(Source : APS, 10 septembre 2012)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)