twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Vers l’harmonisation de l’utilisation des fréquences dans les zones frontalières

mardi 18 février 2020

Une réunion de coordination des fréquences aux frontières entre la Gambie, la Guinée, la Guinée Bissau, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal a démarré hier, lundi 17 février, à Dakar et ce jusqu’au 20 février. Cette rencontre permettra à ces pays de discuter des problèmes de roaming non intentionnels et d’interférences dans nos zones frontalières.

Les pays frontaliers notamment la Gambie, la Guinée, la Guinée Bissau , le Mali, la Mauritanie et le Sénégal veulent harmoniser l’utilisation des fréquences dans les zones frontalières afin d’éviter les brouillages préjudiciables et de garantir la qualité de service de leurs réseaux de télécommunications.

A cet effet, une réunion de coordination entre ces pays a démarré hier, lundi 17 février à Dakar et ce jusqu’au 20 février. « Le document portant cadre de coordination de l’utilisation des fréquences aux frontières entres les administrations de ces pays et le Sénégal a été conclu à Dakar en Août 2008.

Cependant, l’expérience des phénomènes connaissables à l’évolution des besoins des populations fait qu’il doit être révisé périodiquement pour prendre en compte les avancées technologiques et solutionner des problèmes actuels de roaming non intentionnels et d’interférences entre les réseaux des opérateurs de télécommunications du Sénégal et ceux de certains pays frontaliers qui nous étaient signalés par les populations », a fait savoir Abdoul Sy, directeur général de l’autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp).

Selon lui, le spectre des fréquences radioélectriques est une ressource limitée, précieuse et utilisée pour diverses formes de communication.

« En effet les fréquences radioélectriques étant destinées à une large gamme d’utilisations commerciales et publiques, il convient donc de les gérer et de les coordonner pour éviter les brouillages entre les différents réseaux de radiocommunication.

Dans leur majorité, nos pays disposent d’un système de gestion et de contrôle du spectre , mais des problèmes pratiques se posent souvent dans le domaine de la coordination multilatérale aux frontières »,a-t-il relevé.

D’où la nécessité, souligne-t-il, de se retrouver entre professionnels pour échanger les expériences et mettre en place un cadre unique pour la coordination des fréquences à nos frontières »,a-t-il laissé entendre

Ndèye Aminata Cissé

(Source : Sud Quotidien, 18 février 2020)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)