twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Vente des actions Sonatel : Moussa Touré, démonte les arguments d’Abdoulaye Diop

vendredi 17 avril 2009

Moussa Touré trouve un “peu gros“, les arguments avancés par l’Etat justifier la vente de ses actions de la Sonatel à France Télécom. L’ancien ministre des Finances et ancien président de la Commission de l’Ueoma, démonte point par point la sortie de Abdoulaye Diop qui a avancé, la dette de l’Etat envers les entreprises privées (sic), la finition des grands travaux comme l’autoroute à péage, etc. pour justifier la cessation des parts du Sénégal.

“Je suis gêné et perplexe, parce qu’une fois encore c’est un joyau de l’économie sénégalaise qui est dans l’œil du cyclone, après les ICS (Industries Chimiques du Sénégal), la Sonacos (Société nationale pour le commerce des oléagineux du Sénégal) dans son temps, la SAR (Société africaine de raffinage), la SENELEC (Société nationale d’électricité) ainsi de suite. D’ailleurs Air Sénégal vient aussi de s’ajouter à l’actualité“ déclare d’emblée Moussa Touré sur les ondes de la RFM (privée).

Puis ajoute-t-il, “Abdoulaye Diop est un frère. J’entretiens avec lui d’excellentes relations personnelles. Mais là, il s’agit de l’Etat, il s’agit des Sénégalais“. Et il tranche, “je ne suis pas sûr que la vente des actions de la Sonatel, soit la véritable réponse aux problèmes qui ont été posés“. “Quand on commence à investir dans des infrastructures comme des routes, on doit planifier les choses et être sûr d’avoir les ressources pour y faire face, argue-t-il. Les travaux routiers avant d’être engagés auraient dû avoir une programmation des ressources pour les mener et les amener à termes.

Donc, ces genres de justifications, prouvent simplement qu’il y a un manque de préparation, un manque de perspective et de prospective“. “Et, fait-il remarquer, ce qui est grave dans cette affaire, comme d’habitude, qu’il n’y a pas une transparence. Que l’Etat ait eu recours à une banque privée ; que l’actionnaire (France Télécom, Ndlr) ait eu également à faire de même etc. etc. je crois que toutes ces choses risquent de compliquer l’opération“.

Toutefois, Moussa Touré dit être incapable de dire qu’il y ait “sous-évaluation du coût de l’action“. En revanche, il se dit persuader qu’ici au Sénégal, “on aurait pu trouver des structures adaptées, compétentes et expérimentées pour faire ce travail pour l’Etat du Sénégal, qui pourra vendre avec beaucoup avec plus de qualité“.

Le deuxième élément, relève l’ancien ministre des Finances, “c’est les dettes que l’Etat doit aux entreprises du secteur privé qui étaient évaluées par l’Etat lui-même à 300 milliards de F. Cfa, il y a quelques semaines ; et auxquels, il faut ajouter quelques 250 autres milliards aujourd’hui“. “Ce qui signifie selon lui, un manque d’organisation, de planification et de méthode“.

Par ailleurs, Moussa Touré confirme la possibilité de la BRVM de s’opposer à la vente des actions de la Sonatel pour préserver les intérêts communautaires.

“Sur le plan local, on aurait pu trouer des solutions adéquates. D’abord est ce qu’il fallait vendre même pour faire face à des dépenses qui n’ont pas été normalement prévues ?“, s’interroge-t-il. Avant de répondre : “je ne suis pas sûr“. Et d’argumenter : “une action de la Sonatel est une action qui a une valeur certaine. Ça aurait pu trouver un système de garanti ou de financement d’un autre système“.

En conclusion, l’ancien président de la Commission de l’Uemoa dit ne pas approuver l’opération. Le comble selon, c’est qu’il y a “ quelques semaines, au début de l’année 2009, on nous avait informé que l’Etat avait pris toutes les dispositions pour vider complètement les arriérées de paiement qu’il devait aux entreprises privées. Aujourd’hui, on ne resserre autre chose“. “Je trouve que c’est un peu gros“, martèle-t-il.

Abdoulaye Thiam

(Source : Sud Quotidien, 17 avril 2009)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)