twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Utilisation d’Internet : Les usagers appelés à plus de responsabilité

jeudi 20 décembre 2018

L’hotel Savannah a abrité hier la conférence des Mardis du numérique organisée par Ibrahima Nour Eddine Diagne, président d’API African Performance Institute. Il s’est agi de relever les bienfaits et méfaits d’Internet et de proposer des solutions afin d’en faire un usage bénéfique à tout sénégalais et plus encore aux jeunes.

C’est dans une salle remplie de jeunes étudiants que s’est déroulée la 10e édition des « Mardis du Numérique », autour du thème : « La société sénégalaise face aux défis du numérique ». Dès l’entame de son propos, la sociologue Fatou Sarr Sow a invité les Sénégalais à ne pas avoir peur d’internet et de plutôt relever ses bienfaits. Elle estime qu’aujourd’hui l’information et la connaissance sont accessibles à tous, grâce à internet. « Désormais, la distance entre les membres d’une même famille vivant aux quatre coins du monde n’existe plus, grâce aux réseaux sociaux ». Selon elle, internet est un indicateur de l’état mental de notre société et dont l’Etat peut se servir pour apporter des solutions aux frustrations des uns et des autres, au mal-être social.

Des échanges, l’on retient que ce n’est pas l’outil en lui-même qui est la cause des dérives sur le net, mais l’usage que chacun en fait, selon bien-sûr l’éducation qu’il ou elle a reçu. Mme Sarr de demander « une autocensure collective ». Et dans la foulée, Astou Ndiaye, jeune entrepreneure venue assister à la conférence, pense qu’il est temps que les jeunes Sénégalais en fassent un usage professionnel, en cherchant de l’emploi, grâce à des réseaux, mais aussi, en montrant au monde leurs talents, plutôt que de se limiter aux loisirs d’internet.

L’outil internet dérange les régimes en exercice

Selon les panélistes, Internet pousse les Etats à faire leur propre révolution, parce qu’aujourd’hui toutes les informations sont connues des populations et non par un petit groupe de personnes. Ainsi, ces dernières créent une confrontation avec le pouvoir en place dont tous les dirigeants ont peur. L’enseignant chercheur à l’Ecole Supérieur polytechnique, Alex Corenthin, pour sa part, trouve que les inventeurs de cet outil n’avaient pas prévu le fait que l’utilisateur devienne un élément actif du système. « Le plus important, aujourd’hui, ce n’est pas la censure, mais l’utilisation du Net de manière intelligente en adéquation avec notre culture », a-t-il ajouté.

Répondant à question de la censure sur le Net, le ministre de la Justice Ismaïla Madior Fall a tranché : « il est inadmissible, dans un Etat qui se respecte, de laisser chacun insulter dire ou faire ce qu’il veut sur internet. Nous avons le devoir de réguler cet espace, de le contrôler ». A cet effet, l’article 27 de la loi sur les codes de communications électroniques récemment modifié et voté à l’Assemblée nationale fait encore couler beaucoup de salive. Il permet, entre autres aux opérateurs de ralentir le débit internet sur l’étendue du territoire ou encore de supprimer un site web.

Dans cette révolution numérique, les médias sénégalais ont été invités à s’approprier le numérique, en développant leurs contenus et en revoyant leur modèle économique. C’est un avis de Mamadou Ndiaye, directeur de la communication et du numérique de E-media invest. « En tant que journalistes, nous ne devons pas laisser les grands médias occidentaux avoir le monopole de l’information dans notre propre pays. Sinon, nous subirons les contenus des autres », a-t-il soutenu.

Emmanuella Marame Faye

(Source : Enquête, 20 décembre 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)