twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Unitel et Africell en désaccord sur la suppression du réseau 2G

mercredi 30 novembre 2022

Les deux plus grands opérateurs de téléphonie mobile du marché angolais - Unitel et Africell, sont en désaccord sur la poursuite ou non du réseau 2G et 3G, c’est-à-dire que le premier défend son extinction et l’autre le contraire.

La divergence entre les deux sociétés de téléphonie mobile a été évidente mercredi lors de la "5e Conférence sur la transformation numérique", durant la discussion sur "Télécommunications, numérisation et inclusion financière".

Lors du forum, auquel ont participé divers acteurs des secteurs angolais des télécommunications et de la banque, le directeur général de l’Unitel, Miguel Geraldes, a défendu que, pour que le processus de numérisation soit rapide, il fallait éliminer le réseau 2G et 3G, et permettre l’utilisation du téléphone analogique, par 4G.

En marge de l’événement, le responsable a déclaré à l’ANGOP qu’il a suggéré l’élimination du réseau 2G et 3G en vue de la migration vers le numérique, afin que les gens puissent avoir et utiliser des applications telles que "Multicaixa Express" sur leurs Smartphones, ce qui permet paiements, WhatsApp, Facebook et autres.

Pour que cela soit possible efficacement, a justifié l’homme d’affaires, les gens doivent avoir accès à un Smartphone, et donc, a-t-il dit, il est fondamental que la vente de téléphones 2G et 3G ne soit pas autorisée.

Selon lui, si les téléphones 2G continuent d’être vendus à bas prix, notamment parce que les productions sont déjà très anciennes, les gens ne feront pas l’effort d’acquérir un Smartphone. En ce qui concerne les coûts d’acquisition d’un appareil 4G, une question également très débattue, Miguel Geraldes a déclaré que le gouvernement et les opérateurs peuvent trouver des moyens pour que les prix soient accessibles aux utilisateurs.

Pour cela, a-t-il expliqué, il est nécessaire de réduire les taxes sur l’acquisition des téléphones, comme la TVA, car l’Angola importe des téléphones et cela les rend chers.

Il a indiqué que le gouvernement angolais est en ligne avec cette stratégie de migration numérique, il n’y a qu’une consultation avec les opérateurs " Abandonner le réseau 2G, c’est accélérer le processus de numérisation ", souligne l’interviewé.

À son tour, Gonçalo Farias, membre du conseil d’administration d’Africell, a défendu que la question de la numérisation n’a rien à voir avec le prix des téléphones - bon marché ou chers, ni avec le passage de la 2G à la 4G, comme le prône également Unitel, car c’est un facteur qui pousse les gens à passer d’un opérateur à un autre.

Pour lui, la barrière à la digitalisation tient, fondamentalement, à la façon dont la législation du pays est faite, sa compatibilité avec la génération de codes pour accéder à l’automatisation et à l’utilisable de manière plus simple.

D’autre part, a-t-il dit, cela concerne également, à un niveau plus élémentaire, la possibilité pour tous les Angolais d’avoir un document d’identification, c’est-à-dire un processus parallèle géré par l’État qui leur permet d’accéder à ces types de services - ce qu’il a considéré comme la dématérialisation des services.

"Cela nous semble être les deux facteurs les plus importants pour pouvoir donner une impulsion à la numérisation et pouvoir, par ce biais, offrir des opportunités d’élévation sociale à notre marché", a conclu l’interlocuteur en marge de la conférence.

La "5e Conférence sur la transformation numérique", sous le thème "Télécommunications, numérisation et inclusion financière", a réuni divers acteurs du secteur des télécommunications et du secteur bancaire angolais.

Unitel est en tête du marché de la téléphonie mobile avec près de 11 millions de clients, tandis qu’Africell en compte environ cinq millions, suivi de Movicel avec 1,5 million.

(Source : ANGOP, 30 novembre 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 649 296 abonnés Internet

  • 16 127 680 abonnés 2G+3G+4G (96,87%)
    • 2G : 16,79%
    • 3G : 29,09%
    • 4G : 54,12%
  • 229 722 abonnés ADSL/Fibre (1,39%)
  • 290 750 clés et box Internet (1,74%)
  • 1444 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,39%
  • Internet mobile : 98,61%

- Liaisons louées : 4 433

- Taux de pénétration des services Internet : 99,03%

(ARTP, 30 septembre 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 279 856 abonnés
- 239 481 résidentiels (85,57%)
- 40 375 professionnels (14,43%)
- Taux de pénétration : 1,62%

(ARTP, 30 septembre 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 607 679 abonnés
- Taux de pénétration : 119,79%

(ARTP, 30 septembre 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik