twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Une entreprise mise sur l’enseignement virtuel pour pallier le défaut d’infrastructures

mercredi 20 mars 2013

SAP, une structure évoluant dans la vente de logiciels pour la gestion des entreprises, est disposée à offrir ses services au Sénégal en proposant notamment un enseignement virtuel pour pallier le défaut d’infrastructures universitaires, a déclaré mercredi à Dakar son président directeur général, Pfungwa Serima.

‘’Il y a un certain nombre d’enjeux au niveau de la jeunesse estudiantine au Sénégal. Le rythme auquel croit le nombre de bacheliers orientés dans le système universitaire est tel qu’il est difficile de l’aligner avec le rythme auquel croissent les infrastructures devant les accueillir’’, a expliqué M. Serima au cours d’un point de presse.

Le président directeur général de SAP séjourne au Sénégal dans le cadre d’une visite de prospection et de travail avec les autorités sénégalaises, notamment le ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur. Lors de la rencontre avec les journalistes, il a fait état du positionnement du Sénégal en matière de technologie de l’information et de la communication (TIC) ainsi que du ‘’potentiel’’ et des "opportunités offertes aux futures diplômés en TIC, un secteur en forte croissance’’.

‘’ Nous proposons une vocation naturelle d’accès à créer d’autres modes d’enseignement, notamment l’enseignement virtuel pour pallier le manque d’infrastructures (…) nous allons voir dans quelle mesure nous pourrons équiper la jeunesse au Sénégal’’, a-t-il assuré.

‘’Notre but est d’améliorer l’employabilité de la jeunesse sénégalaise au sortir des institutions universitaires. Nous avons des programmes qui accompagnent les jeunes quant à leur insertion dans le marché du travail’’, a encore dit Pfungwa Serima.

Selon un document qu’il a transmis à la presse, le Sénégal dispose de bonnes aptitudes en TIC avec environ 90 000 diplômés issus d’établissements d’enseignement supérieur. ‘’SAP reconnaît le potentiel que cette future main-d’œuvre pourrait représenter non seulement pour le Sénégal, mais aussi pour toute la région où la demande de compétences en matière de TIC est en constante progression’’, a souligné M. Serima.

Il a par ailleurs signalé que son organisation s’est engagée à apporter son soutien pour le renforcement de capacités au bénéfice des entreprises sénégalaises. ‘’Au-delà de la mise en œuvre de ces actions de renforcement, nous allons offrir des services de maintenance et de suivi pour les entreprises locales’’, a-t-il promis.

(Source : APS, 20 mars 2013)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)