twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Une égale dignité dans le monde, par l’usage des Tic

vendredi 9 juin 2006

La remise, à Genève (Suisse), le 17 mai dernier, du premier Prix mondial de la Société de l’information, à Me Abdoulaye Wade, président de la République du Sénégal et au Professeur Muhammad Yunus, économiste avisé, initiateur du publiphone en zone rurale au Bangladesh et directeur général de la Grameen Bank (appelée par ailleurs « la banque des pauvres »), a une signification hautement symbolique.

Elle convoque solennellement les idées innovantes et la vision prospective du chef d’Etat d’un pays africain en développement, initiateur du Fonds de solidarité numérique, à côté de l’imagination créatrice d’un professeur soucieux d’apporter un soutien aux plus démunis et de pousser le développement de son pays.

Créé par l’Union internationale des télécommunications (Uit), le Prix mondial de la Société de l’Information envisage d’emblée la perspective d’une société future où l’information, le savoir et la connaissance seront « une denrée » précieuse et le pouvoir détenu par ceux qui auront maîtrisé son principe de circulation, son archivage, son utilisation.

L’information sera à portée de main, à portée de clic devrais-je dire, en ce sens qu’on ira la récupérer par le canal de l’ordinateur et de la toile du Web.

Il faudra savoir se servir de ces outils et surtout apporter notre génie créateur au formatage des nouveaux logiciels qui révolutionnent les pratiques usuelles dans nos maisons, nos bureaux, nos entreprises et notre environnement. En ce sens, le Prix mondial de la Société de l’information récompense des hommes dont le souci est d’apporter un mieux-être à tous les hommes et une égale dignité dans leur rapport avec le monde qui les entoure.

L’attribution du Prix de la Société de l’information à Me Abdoulaye Wade a une dimension symbolique, mais elle appelle aussi à suivre le modèle. C’est indubitablement les suites à donner à ce Prix qui sont interpellées. Quand Me Abdoulaye Wade propose, au nom de l’Afrique et en sa qualité de Coordonnateur du volet Ntic du Nepad, un Fonds de Solidarité numérique, approuvée lors de la première rencontre du Sommet mondial sur la Société de l’information (Smsi) de Genève en décembre 2003, sa préoccupation consistant à résorber la fracture (ou le fossé) numérique entre les riches pays du Nord et les pays en développement du Sud apparaît sans équivoque.

A l’issue du dernier Smsi à Tunis, en novembre 2005, l’idée du Fonds de solidarité, l’un des principaux sujets de discussion, a été adoptée en attendant les discussions qui permettront son développement universel.

Me Wade l’explique lui-même mieux que quiconque lorsqu’il confie aux journalistes du quotidien « le Soleil »(ndr : numéro du 16 mai pp : 2, 3 et 4) : « j’ai compris très tôt que l’Afrique a la chance aujourd’hui de se trouver dans la situation du développement très important des Technologies de l’information et de la communication (Tic)qui nous permettent d’aller très vite ... »

Ce monde des Tic ayant des possibilités d’applications sur tous les domaines d’activités, de l’éducation et l’enseignement, à la santé, de l’agriculture et l’industrie à la gestion administrative, commerciale et aux milieux des affaires, l’avantage est incommensurable pour les pays en développement de se mettre au diapason d’un monde qui fait chaque jour de grands bonds technologiques. Il est évident que les rapports de société en seront bouleversés et qu’il sera nécessaire de reconsidérer le contrat social entre la science, la technique et la société dans son ensemble.

Les Etats, en Afrique en particulier, devront prendre dés à présent les dispositions qui permettent à leurs peuples de s’approprier ces Tic, un objectif dans lequel le Sénégal s’est engagé avec la mise en fonction récente d’un Intranet gouvernemental, et entre autres, des initiatives consistant à mettre l’outil informatique à la portée des étudiants, des élèves et dans la case des tout petits, au préscolaire.

A ce sujet, l’avènement du Prix mondial de la Société de l’information arrive justement comme une grande source de motivation pour les leaders d’opinion, hommes politiques et gouvernement qui doivent soutenir un développement mondial plus juste et plus équilibré.

JEAN PIRES

(Source : LMe Soleil, 9 juin 2006)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)