twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Un vaste programme de contrôle des réseaux radioélectriques en cours

jeudi 1er juin 2006

L’Agence de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) a initié un vaste programme de modernisation de ses outils de gestion et de contrôle des réseaux radioélectriques. L’initiative s’étend avec la réalisation prochaine d’un Système d’lnformation et de Gestion automatisée, pour un contrôle, une gestion et une planification, appropriée des fréquences.

La nouvelle de la réalisation prochaine d’un Système d’Information et de Gestion automatisée, a été don¬née hier par le directeur général de L’Agence de Règulation des Télécommunications et des Postes (ARTP), Daniel G. Seck, en ouverture de la session de restitution de l’audit sur technique de la bande FM, de la 87.5 à la 108 de la région de Dakar. C’était à l’hôtel Méridien Président, en présence du directeur de la Communication, Modou Ngom présent au nom ministre de l’information, Bacar Dia et des représentants des radiodiffuseurs. Il s’agit d’une première phase de sensibilisation et d’accompagnement des utilisateurs de stations. Aujourd’hui, la prolifération des radios pose de sérieux problèmes de gestion du plan des fréquences établi en 1984 par l’Union internationale des télécommunications (UIT). Ces dysfonctionnements expliquent les interférences intervenues depuis quelque temps. Et l’on a évoqué les désagréments survenus entre les fréquences des stations Sud Fm et Océan Fm, mais aussi entre la RTS et la RMD. Le secteur aéroportuaire souffre également du brouillage causé par certaines stations.

L’ASECNA continue de déplorer cette situation lourde de risques pour La sécurité des usagers des avions. Les techniciens de l’ARTP estiment que ces impairs sont dus aux grandes mutations qu’a connues le secteur de l’audiovisuel dans la dernière décennie, depuis 1992 notamment. Selon le Directeur général de l’ARTP, c’est dans ce contexte, marqué par libéralisation du secteur des télécommunications, que l’Etat du Sénégal a institué la réforme en créant cette structure de régulation dans le cadre de la loi 2001-15. « L’agence a pour mission principale d’organiser le secteur des télécommunications pour un épanouissement des entreprises du secteur dans un cadre concurrentiel organisé et réglementé », a dit Daniel G. Seck. Et à l’en croire, la ressource spectrale constitue un élément important dans le développement des technologies de l’information et de communication, avec la croissance des réseaux et application sans fil.

Il s’agit ainsi d’un atelier de restitution et d’échange sur les conclusions de l’opération d’audit technique du spectre de radiodiffusion à modulations de fréquence en vue de vérifier la conformité des émetteurs FM. Mais, les études faites par l’ARTP ont révélé que de nombreux exploitants de stations ne respectent pas les dispositions réglementaires et techniques contenues dans les décisions d’assignation établies. Les enseignements tirés d’une telle opération devraient permettre, entre autres, de faire respecter les rapports de protection requis entre émetteurs ainsi que les paramètres d’assignation en conformité avec le plan de Genève 84. « Aujourd’hui, nous avons essayé de leur montrer quel était l’état de la réglementation, qu’est-ce qu’il fallait faire et quels étaient leurs droits, mais également leurs obligations » insisté Thierno Mouhamadou Baba Ly, Directeur de la Réglementation et du Contentieux. Avant de poursuivre : « Je pense qu’il est important pour que tout le monde puisse occuper les fréquences de manière rationnelle, pour que chacun puisse faire ses émissions de manière confortable ».

L’ARTP tient à préciser que ce segment de l’économie nationale connaîtra dans les années à venir, d’autres mutations majeures avec l’avènement de le radiodiffusion numérique. Sans compter le développement des nouvelles technologies de l’Information et de la Communication, qui nécessiteront certainement des actions pour accroître davantage son niveau d’efficacité. Cela dit, il faut tout faire pour disposer d’un environnement spectral assaini et maîtrisé devant participer à conférer au Sénégal une capacité réelle d’attirer les investisseurs dans le domaine des Télécommunications et NTIC.

C.M.COLY

(Source : Le Soleil, 1er juin 2006)

Post-Scriptum

L’ARTP veut assainir le secteur

L’audit a révélé 41 stations radios de la bande FM dont 31 fréquences sont fonctionnelles. Mais à la demande sans cesse croissante par les opérateurs, l’ARTP a fait une extension de 35 autres fréquences avec un taux d’occupation de 29 % pour dix assignations. L’instance de régulation a retenu trois principes pour faire face au non-conformisme. D’abord il faut que tout matériel technique soit agréé par la structure avant son installation, les installateurs devront être agréé par l’ARTP et l’exploitation au quotidien doit être faite par un spécialiste.

Au-delà de cela, la structure a un rôle qui consiste à surveiller le spectre et si besoin, à sanctionner les manquements. Elle a l’obligation lorsqu’elle fait des contrôles et qu’il y a des manquements, de sanctionner. Ces actions vont de la suspension jusqu’au retrait de l’autorisation de retrait de fréquence jusqu’à la mise sur pied de ces appareils.

L’ARTP compte ainsi mettre en oeuvre son plan d’action afin d’assainir le secteur. En l’absence des membres du Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel .CNRA), non encore nommés, la structure dirigée par Daniel G. Seck prendra les mesures qui s’imposent pour faire respecter les décisions d’assignation. « Aidez- vous à vous aider », dira le DG Seck.

C.M. Coly

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)