twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Trois questions à Antoine Ngom : « Le concours ADMA va installer chez les managers, un esprit de compétitivité, de créativité et d’innovation »

mardi 20 avril 2021

La 1re édition de l’Africa Digital Manager Award « ADMA 2021 » prendra fin au mois de mai avec l’annonce des trois gagnants à l’École Centrale Casablanca. Cette initiative de Inetum, groupe français des services numériques, permettra l’évaluation des projets pitchés par un groupe d’experts dont Antoine Ngom, président de la Fondation des incubateurs Tic du Sénégal (Fictis) et membre du patronat. Il a accepté parler du concours ADMA à CIO Mag.

CIO Mag : L’Africa Digital Management Award (ADMA) est un challenge visant à mettre en lumière les talents et projets en matière de stratégie digitale en Afrique. Qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Antoine Ngom : Etre choisi comme membre du Jury par Inetum est un privilège et un honneur pour moi car c’est une occasion de plus qui m’est offerte pour contribuer au développement de l’écosystème numérique sur une échelle plus large, comme je le fais déjà au Sénégal depuis plus de quinze ans. C’est en quelque sorte une reconnaissance de cette lutte inlassable pour le triomphe de nos idées que nous partageons avec les autres membres du Jury : Nous croyons que le digital représente une chance inouïe pour accélérer la croissance de l’Afrique. La pandémie a permis de constater que seules les économies qui ont réussi leur transformation digitale ont été résilientes face à la crise.

Avec l’avènement de la pandémie, tous les secteurs d’activités économiques tels que le commerce, l’éducation, l’énergie, l’industrie, les finances et la santé, sont entrain d’accélérer leur digitalisation qui est facilitée par l’accès de la majeure partie de la population aux TIC et à l’internet (particulièrement à travers le mobile) et grâce à plusieurs facteurs favorables dont nous économisons le développement ici. Cette tendance crée des opportunités que nos jeunes talents doivent saisir pour démocratiser les services grâce au numérique, faciliter davantage la vie des populations et participer à l’économie de demain. D’où, la pertinence de ce challenge ADMA qui va promouvoir ces talents et permettre le partage d’expérience et de bonnes pratiques dans ce domaine prometteur du numérique.

Quel regard portez-vous sur l’évolution des talents et des compétences africains ?

A l’heure actuelle, on assiste à un développement fulgurant du numérique dans tous les domaines de l’activité humaine en Afrique particulièrement. Le principal facteur déterminant pour la réussite de cette digitalisation est le capital humain. Nous assistons en effet au développement et au foisonnement de talents et de compétences dans le domaine du digital mais nous n’avons pas encore atteint la taille critique dont l’Afrique a besoin.

Au-delà de cette problématique quantitative, nous pensons que les curriculas doivent intégrer les plus en plus des technologies avancées (IA, IOT, Big Data, etc.) mais aussi des soft skills indispensables pour favoriser l’entreprenariat et l’émergence de startups. Nous pensons que l’emploi et l’auto-emploi dans le domaine du numérique sont des solutions au chômage des jeunes en Afrique. Les politiques publiques doivent donc y apporter une attention particulière.

Selon vous, qu’est-ce que ce concours pourrait apporter de plus aux managers sélectionnés ?

Ce concours permettra aux managers sélectionnés de mieux faire connaitre leur produit/solution, de devenir des champions mais aussi d’être des références dans leurs domaines respectifs surtout pour les jeunes qui hésiteraient à se lancer dans ce secteur porteur pour l’Afrique. Ce concours permettra également d’installer chez ces managers un esprit de compétitivité, de créativité et d’innovation nécessaire à une prise de conscience de leur potentiel sans lequel le développement du numérique, catalyseur du développement économique et social n’est pas possible.

Propos recueillis par Michaël Tchokpodo

(Source : CIO Mag, 20 avril 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)