twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Transition vers le numérique : « Le Sénégal sera prêt en 2015 »

jeudi 30 juin 2011

Le Sénégal sera fin prêt avant l’échéance de 2015 pour le passage de l’analogie au numérique. Malick Ndiaye, président du comité national pour le passage au numérique, l’a assuré hier. Le représentant du ministre de la Communication a également demandé à l’Etat de rester « vigilant » pour éviter une Opa des privés sur le secteur. Le Sénégal sera bel et bien dans le train du numérique. C’est l’assurance donnée par Malick Ndiaye, représentant du Ministre de la Communication et des Tic à l’atelier sur la « transition de l’analogie au numérique dans l’audiovisuel ». A en croire le porte parole du ministre, la période de formulation est presque terminée, dans les deux prochaines années, notre pays pourra passer à l’essai pour la mise en œuvre de l’analogie dans l’audiovisuel.

Au moment où nombre de pays africains en sont encore à la phase de balbutiement des projets. Selon Isabelle Gross de « Balancing act », co-organisateur de l’atelier et auteur d’une étude des lieux et des enjeux du numérique en Afrique, moins de 10 pays ont déjà fait la transition, il s’agit du Maroc de l’île Maurice, du Kenya, Tanzanie entre autres, 10 pays sont en phase pilote, 14 pays ont lancé le processus, tandis que 23 autres non pas lancé le processus. Ce qui pose des doutes quant à la réalisation de cette transition sur le continent à l’horizon de 2015. Des doutes que M. Ndiaye a bien vite dissipés en mettant en avant le travail élaboré par le comité national pour le passage au numérique et qui a été mis sur pied en Août 2010. Avec ce comité, le Sénégal a mis en œuvre une stratégie avec la contribution de tous les acteurs de l’audiovisuel et des télécommunications et des associations de consommateurs. La stratégie de l’Etat est articulée sur quatre axes, une partie juridique, un volet infrastructures, un aspect contenu et une dimension communication.

Selon M. Ndiaye, ce passage implique beaucoup de choses dans le secteur de l’audiovisuel avec une amélioration des capacités de diffusion des fréquences qui va passer d’une chaîne à cinq voire six chaines. Ce qui nécessite une mutualisation de toutes les ressources en fréquence audiovisuelle.

Cette innovation va entrainer une réorganisation juridique, et une « re- planification » des fréquences, une mission de l’Artp. La transition permettra de transporter internet et des données et d’améliorer la couverture audiovisuelle du Sénégal et participera grandement à la réduction de la fracture numérique.

Pour le consommateur, des coûts supplémentaires seront induits par le passage au numérique, ils devront changer de téléviseur ou acheter des adaptateurs et décodeurs qui pourront leur revenir à plus de 50.000 FCfa. Mais, rassure le représentant du ministre, « l’Etat va travailler à faciliter l’accès des populations à ce matériel » et il ajoute que les infrastructures seront réalisées par les pouvoirs publics car cela entre dans le cadre des missions du service public de l’audiovisuel.

Toutefois, le représentant du ministre et coordonnateur du comité national pour le passage au numérique, lance une alerte pour que l’Etat ne laisse pas les opérateurs privés faire une Opa sur le numérique. Il se poserait alors une question de perte de culture car les privés ne sont intéressés que par le gain. « Il faut faire très attention. C’est une question de souveraineté. Il ne faut pas qu’on laisse les autres opérateurs étrangers faire une OPA sur l’audiovisuel »’, a averti, mercredi, Malick Ndiaye, au cours d’un atelier sur la transition de la radiodiffusion numérique au Sénégal.

‘’Si nous n’y prenons garde dans les conventions et les accords que nous signons, ils vont racheter à des dizaines de milliards la gestion de l’audiovisuel à travers le passage au numérique soit disant qu’ils vont nous offrir la technologie’’, a fait savoir M. Ndiaye.

Daouda Guèye

(Source : Sud Quotidien, 30 juin 2011)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 323 60 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,85%)
    • 2G : 25,24%
    • 3G : 45,18%
    • 4G : 29,58%
  • 171 230 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 133 954 clés et box Internet (0,94%)
  • 2 333 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,21%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 761

- Taux de pénétration des services Internet : 88,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 223 406 abonnés
- 182 809 résidentiels (81,83%)
- 40 597 professionnels (18,17%)
- Taux de pénétration : 1,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 18 630 276 abonnés
- Taux de pénétration : 114,94%

(ARTP, 30 septembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)