twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Transition numérique : Le Contan veut imposer une loi aux télés pour diffuser jusqu’à 60% de contenus locaux

mardi 24 mars 2015

Dans quelques mois, le passage de l’analogique au numérique, deviendra une réalité. Mais, les autorités en charge de cette question, dans la conception des lois et règlements qui vont encadrer cette transition, veulent en même temps, créer et impulser une véritable industrie audiovisuelle. Et pour y arriver, dans les textes, les autorités veulent inclure une disposition qui rendra obligatoire à nos télévisions, le devoir de diffuser au moins 40% de productions nationales.

« Au niveau africain il y a une réflexion pour voir s’il ne faut pas imposer un pourcentage de productions nationales pour les différentes chaines. Au Sénégal, de toute manière, cela se fera. Nous proposerons qu’il y ait un minimum de productions nationales pour impulser nos productions. Nous avons pensé à plusieurs pourcentages mais je pense que la commission doit d’abord terminer. La Cedeao et l’Uemoa ont aussi proposé des pourcentages. Le tout est en discussion, mais je pense que cela ne sera pas en deçà de 50% de productions nationales », a renseigné ce mardi, le directeur exécutif du Comité national de pilotage de la transition de l’analogique au numérique (Contan).

Comme ‘‘Nollywood’’ au Nigeria, le Contan baptise son ‘‘Sénlywood’’

Amadou Top et ses collaborateurs, l’ont même baptisé ‘‘Sénlywood’’, en référence à ‘‘Nollywood’’, ‘‘Bollywood et Hollywood. « Nous pensons qu’il va falloir promouvoir l’industrie audiovisuelle du Sénégal. J’ai parlé du ‘‘Nollywood’’ au Nigeria, du ‘‘Bollywood’’ en Inde qui, impactent massivement sur les économies de ces pays. ‘‘Nollywood’’ occupe presque de 3% du Pib du Nigeria qui est un pays producteur de pétrole. Donc nous devons mettre en place une force de développement assez importante pour le secteur audiovisuel. Nous voulons que cette industrie là, que nous avons baptisé ‘‘Senlywood’’, puisse aussi permettre le développement d’un écosystème où il y aurait des producteurs, des metteurs en scène, toutes sortes de services qui interviendraient dans la production pour ces différentes chaines qui se créeront », a expliqué M. Top.

(Source : Seneweb, 24 mars 2015)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)