twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Transactions financières dans la zone UEMOA : Les Cartes bancaires Gim entrent en circulation

samedi 16 juin 2007

Le Groupement Interbancaire Monétique (Gim) de l’Uemoa s’est réuni en Assemblée Générale hier. Le but de cette rencontre était d’approuver la mise en circulation de la carte bancaire Gmi dans les huit pays membres de l’Uemoa. La cérémonie d’ouverture à été présidée par M. Ali Badjo Gamatie, Vice Gouverneur de la Bceao.

Faire de la carte bancaire le principal instrument de retrait et de paiement dans les huit pays de l’Uemoa est l’objectif affiché par le Groupement Interbancaire Monétique (Gim). Ce groupement de 71 établissements financiers, monétaires et postaux s’est réuni hier en Assemblée Générale sous la présidence de M. Ali Badjo Gamatie, Vice Gouverneur de la Bceao. Il sera bientôt possible pour tout citoyen de la zone Uemoa, ayant une carte bancaire Gim de retirer de l’argent ou d’acheter des marchandises dans n’importe quel pays de l’Union.

C’est cette prouesse technologique qu’est en train de réaliser le Centre de Traitement Monétique Interbancaire (Ctmi), sis à Nord Foire, sous l’impulsion de la Bceao. Ce centre est une plate-forme commune qui assurera l’interopérabilité monétique régionale au sein des huit pays. Tous les établissements financiers banquiers et postaux seront connectés. Ce qui leur permettra de traiter les transactions de leurs clients. Le directeur du Ctmi, Papa Mbaye Dièye explique : "le Ctmi-Uemoa et le Gim-Uemoa qui sont des deux structures sous régionales interbancaires chargées de mettre en place l’opérabilité monétique régionale, permettront aux populations où qu’elles se trouvent dans l’Union et même à l’extérieur de faire des opérations de payement et de retrait". Aujourd’hui, le centre est en production ainsi que cinq des dix banques pilotes qui avaient été arrêtées.

"Notre objectif cette année c’est de connecter le maximum de banques pour permettre cette interopérabilité monétique régionale", a souligné M. Dièye. La Bceao est l’initiatrice de ce vaste programme dans la modernisation du système des modes de payement au sein de l’Uemoa. L’Assemblée Générale qui a réuni hier les professionnels du monde de la finance avait pour objectif principal d’approuver les comptes du groupement arrêté au 31 décembre 2006. L’objectif principal étant d’amener un instrument de payement qui soit simple, fiable, et sécurisé. Pour M. Marcelin Zahui, Président du comité de direction du Gmi, les difficultés qu’il y a sur la promotion du chèque sont à l’origine de la mise sur pied de la carte bancaire.

"Le chèque n’est pas passé dans le grand public comme instrument de payement à cause de son incapacité à assurer un dénouement total des transactions. La carte bancaire étant un instrument accolé à un compte, le dénouement de l’opération est sûr, rapide et sécurisé". L’opération de lancement de la première transaction interbancaire sous régionale s’est déroulée en décembre 2006 à Bamako au Mali. Ce qui a constitué, selon M. Zahui, "un pas important dans notre stratégie de modernisation des paiements dans nos pays". Les émissions de ces cartes ont déjà commencé depuis le 15 décembre 2006. Dix banques sont pour le moment concernées, parmi elles six sont sénégalaises.

D’ici la fin de l’année, 21 banques de l’Uemoa seront connectées. La cérémonie d’ouverture de cette Assemblée Générale Ordinaire du Gmi a été présidée par M. Ali Badjo Gamatie, Vice Gouverneur de la Bceao. Il a estimé que l’intégration sous-régionale se fera d’abord par les échanges. Il a donc lancé un appel à tous les établissements financiers, bancaires et postaux de la zone afin qu’ils puissent intégrer le Gmi. L’introduction des cartes bancaires dans les transactions au sein de l’Uemoa offrira d’énormes possibilités aux populations de la zone tout en facilitant les échanges. Cet instrument permettra aussi aux huit pays de l’Uemoa de sortir un temps soit peu de la marginalisation.

Moussa TALL

(Source : Le Matin, 16 juin 2007)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)