twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Togo : la monnaie électronique pour vulgariser l’électricité en zone rurale

lundi 4 décembre 2017

Au Togo, l’initiative présidentielle « CIZO » (allumer en langue locale) est lancée samedi 2 décembre 2017, cinq mois après son annonce par le président togolais Faure Gnassingbé. Pour atteindre d’ici 5 ans 2 millions de togolais, notamment des élèves, « l’Etat Togolais a créé les conditions favorables à l’investissement privé en développant un réseau national d’agents de distribution de monnaie électronique pour la Poste et la création de cinq académies solaires régionales pour la formation de 2500 techniciens », lit-on dans un communiqué du ministère de l’Economie numérique. La solution proposée par la société BBOXX Capital Togo, filiale en Afrique de l’Ouest de BBOXX prévoit le suivi à distance des kits solaires. A Lomé, l’on rassure que l’initiative CIZO « favorisera l’adoption massive des paiements mobiles dans les zones rurales avec pour conséquence l’inclusion financière des populations. » Le projet dont le but premier est d’améliorer le taux de couverture en électricité sur les cinq prochaines années (passer de 7% à 40%) s’adosse ainsi au numérique pour son implémentation.

Cette stratégie novatrice a convaincu des partenaires financiers comme la Banque Africaine de Développement (BAD) ; l’Union Togolaise de Banques ainsi que le fonds GARI à accompagner le projet. Son implémentation agira sur le développement à la base car, permettra-t-il de doter les populations des zones rurales de kits d’électricité individuels. CIZO mobilisera, en termes d’investissement, 68 milliards de francs CFA sur 5 ans. Il est prévu 9.000 emplois directs.

Samedi, le président de la République du Togo a donc lancé la première phase opérationnelle du projet à 175km au nord de la capitale. Dans la localité concerné (Awagomè) ; 2500 habitants de la préfecture auront l’électricité par ces kits solaires connectés. Pour eux, ce sera donc la fin du calvaire lié à l’absence d’électricité ; ce qui avait pour entre autres conséquences, l’impossibilité d’utiliser à fond des outils comme le téléphone portable impossible à recharger sur place. Cette population, tout comme celles qui bénéficieront dans le futur de ce projet pourront désormais prétendre utiliser le mobile et d’autres solutions numériques. De quoi confirmer que le développement du numérique passe forcément par le développement du réseau d’énergie.

Souleyman Tobias

(Source : CIO Mag, 3 décembre 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)