twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Téléphonie mobile GSM : quand la connectivité réduit la fracture numérique

mercredi 21 juin 2006

En souhaitant hier matin la bienvenue aux participants à la 3e conférence et exposition annuelles Gsm en Afrique de l’Ouest (20 et 21 juin au Méridien Président), Joseph Ndong, a souhaité que ce cadre de rencontre pour l’industrie du Gsm soit un creuset pour faire avancer la réflexion vers une Afrique plus performante.

Entouré par M. Seck, directeur de l’Agence de régulation des Télécommunications et de Cheikh Tidjane Mbaye, Pdg de la Sonatel Mobile, le ministre Joseph Ndong a ouvert les travaux de la 3e rencontre Gsm en Afrique de l’Ouest. La présidente de ces rencontres, Mme Michèle Scanlon, a organisé avec un certain pragmatisme les premiers échanges de cette matinée d’ouverture.

Avec ces rencontres de la téléphonie mobile, il s’agit selon le ministre Joseph Ndong, en matière de développement de la téléphonie mobile en Afrique, d’arriver à générer des revenus pour la région ouest-africaine dans un contexte de croissance soutenue.

Joseph Ndong a rappelé l’importance de ce rendez-vous annuel. Il a transmis les voeux du président de la République Abdoulaye Wade qui convie les acteurs des Postes et Télécommunications et des Nouvelles technologies de l’information et de la communication à se mettre en synergie pour une Afrique plus performante, face à la fracture numérique.

Le ministre a cité quelques actions sénégalaises vers l’émergence d’un «  eSénégal », notamment la réforme entreprise dès 2001 jalonnée par l’adoption d’un code des télécommunication, la création d’une Agence de régulation des télécommunications et le mois dernier, le lancement sur le Web d’un portail pour les démarches administratives, accessibles à tous les citoyens . Selon Joseph Ndong, la nouvelle dynamique à insuffler dans ce secteur des télécommunications en plein essor doit être accompagnée par un « Etat de droit » et une nécessaire transparence pour fonder un marché viable .

La forte croissance du mobile en Afrique ouvre des perspectives et des potentialités très grandes.

Les opérateurs avancent des chiffres éloquents. On estime que l’Afrique contribuera pour 20 pour cent à la croissance des télécommunications dans le monde, dans les années à venir. L’Afrique de l’Ouest en particulier comptera déjà 47 millions d’abonnés au réseau de téléphonie mobile en 2006, alors que la population de la sous-région, estimée à 260 millions d’habitants en 2005, devrait passer à quelque 400 millions d’habitants à l’horizon 2025/2030 . Pour le ministre des Postes et Télécommunications, il est aujourd’hui impérieux de développer des initiatives entre opérateurs, fabricants et autres acteurs du secteur d’activité, en pensant à la lutte contre la pauvreté.

Les opérateurs devraient ainsi prendre en considération le pouvoir d’achat des populations et des consommateurs et poser des coûts compétitifs et non prohibitifs .

La première séance de cette rencontre qui prend fin aujourd’hui était marquée hier matin par une série d’interventions avec Vitalis Olunga, président de Gsm Afrique, Dr. M. O. Afolabi, Secrétaire exécutif adjoint pour les programmes d’intégration de la Cedeao.

Les innovations des opérateurs, la libéralisation et la régulation du marché sont des sujets inscrits à l’ordre du jour de ces rencontres qui vont également tenter de démontrer le rôle dynamique de la connectivité dans le développement du marché de la téléphonie mobile, notamment l’accès à des technologies de la 3e génération tels que le Gprs/Edge permettant la transmission de données à un débit plus important et par rapport à des sources éloignées et les nouveaux services de messageries « Sms » et « Mms ».

Jean Pires

(Source : Le Soleil, 21 juin 2006)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)