twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Télécoms : le Nigeria exige de MTN et ses banquiers un remboursement de 8,1 milliards de dollars

vendredi 31 août 2018

Les actions de MTN Group ont plongé de 19% à la bourse de Johannesburg (JSE) après les réclamations de la Banque centrale nigériane (CBN) à l’opérateur de lui reverser 8,1 milliards de dollars. Le groupe est soupçonné d’avoir rapatrié illégalement des fonds, en complicité avec ses banques. Un nouveau coup dur pour MTN Group qui vient de solder à l’amiable un vieux litige l’opposant aux autorités d’Abuja.

8,1 milliards de dollars, c’est le montant que la Banque centrale nigériane, la Central bank of Nigeria (CBN) réclame à l’opérateur de téléphonie MTN et à ses banquiers. Le montant réclamé porte sur des dividendes transférés entre 2007 et 2015, en violation des règles en la matière, selon la Banque centrale. La CBN considère que les fonds ont été transférés illégalement à l’étranger avec la complicité des banquiers de la société, dont Standard Chartered Bank, Stanbic-IBTC, Citibank et Diamond Bank. Ces dernières sont accusées d’avoir omis de vérifier si la plus grande entreprise de télécommunications d’Afrique a respecté toutes les réglementations en matière de change. MTN Group a aussitôt réagit niant les allégations.

« MTN Nigeria n’a déclaré ni payé de dividendes que conformément aux certificats d’importation de capital émis par nos banquiers et avec l’approbation de la CBN, comme l’exige la loi », a déclaré l’opérateur dans un communiqué.

Un cumul de revers Un revers de plus pour le groupe sud-africains qui cumule les écueils sur le marché nigérian, où il a sa filiale la plus lucrative. Il y a juste deux ans, MTN a déboursé plus d’un milliard de dollars pour solder un différend l’opposant au Nigéria sur des cartes SIM non enregistrées. En 2016 aussi, le Sénat nigérian avait annoncé qu’il enquêtait sur cette question. Mais MTN -qui a toujours déclaré s’être conformé à la loi- avait été blanchi par les enquêteurs.

Si les nouvelles accusations s’avèrent justes, la facture risque d’être salée. Le montant réclamé représente plus de la moitié de la capitalisation boursière de MTN, également confronté à des difficultés en Ouganda où il a été contraint, au cours de ce mois d’août de s’inscrire à la bourse locale pour bénéficier du renouvellement de sa licence.

Côté nigérian, l’affaire risque de compromettre davantage l’image du pays dans le doing business, selon des analystes.

Maimouna Dia

(Source : La Tribune Afrique, 31 aout 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)