twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Télécoms : Ouverture à Conakry de la 19e Assemblée Générale de l’ARTAO

mardi 29 mars 2022

La 19e Assemblée Générale Annuelle de l’Association des Régulateurs de Télécommunications de l’Afrique de l’Ouest (ARTAO) s’est ouverte ce mardi 29 mars 2022 à Conakry en présence de plusieurs délégations étrangères. Cette Assemblée Générale – qui durera trois jours- permettra d’examiner et d’adopter le Plan Stratégique de l’ARTAO. Créée en 2002, cette organisation sous régionale a pour but d’accompagner dans ses efforts d’harmonisation, le cadre politique et réglementaire des télécommunications en Afrique de l’Ouest. Elle représente toutes les Autorités de régulation nationales des télécommunications dans la sous région ouest-africaine dont le siège se trouve à Abuja au Nigeria.

Composée de 16 Etats dont 15 de la Cedeao et la Mauritanie, l’ARTAO a pour objectifs d’encourager la séparation des rôles entre pouvoirs politiques, les autorités de régulation et les exploitants de licence, les fournisseurs de services, de faciliter l’harmonisation des cadres légaux et réglementaires modernes, fournir un forum de partage d’expériences, d’informations et des meilleures pratiques dans le domaine de la régulation.

Dans son discours d’ouverture, le Directeur Général de l’ARPT (Autorité des Postes et Télécommunications) de Guinée, le pays hôte de cette assemblée, a remercié les autorités guinéennes pour avoir facilité l’organisation à Conakry de cette 19e Assemblée générale de l’ARTAO. Sékou Oumar Barry a également profité de l’occasion pour remercier l’ensemble des régulateurs membres de l’ARTAO pour la marque de confiance témoignée à l’endroit de notre pays, la République de Guinée, en lui accordant l’organisation de cette 19e AG annuelle.

“Cette 19e assemblée générale vise à mettre en lumière les efforts consentis par les organes de régulation sur une année, donner des orientations relatives en termes d’objectifs et de fonctionnement à travers l’adoption d’un budget sur la base d’un programme annuel d’activités et renouveler le bureau du Comité exécutif”, a précisé M. Barry. Avant d’ajouter qu’elle “revêt un important caractère et très particulier en ce sens qu’elle permettra d’examiner et d’adopter le plan stratégique de notre organisation pour les trois prochaines années”.

Poursuivant, il dira que “c’est l’occasion pour moi d’adreser mes sincères remerciements et mes vives félicitations à l’équipe du Secrétariat exécutif de l’ARTAO, à la présidence sortante du Nigeria et à mes collaborateurs pour leur mobilisation pour la tenue de cet événement”.

S’exprimant sur les attentes, Sékou Oumar Barry a souligné que cette assemblée générale “nous permettra d’harmoniser et de voir comment les opérateurs fonctionnent dans les autres pays. Cette 19e AG est une cession d’échanges qui nous permet de prendre le meilleur de chaque côté pour voir quelles sont les difficultés que les uns et les autres traversent, qu’est-ce qui a été mis en place et qui marche très bien et qu’on peut harmoniser à travers toute la sous-région. Le but ultime de la régulation, c’est de faire ce qu’il y a de mieux pour les consommateurs.”

Enfin, le DG de l’ARPT a remercié “le président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya pour sa vision, pour son accompagnement pour une regulation efficace qui prend en compte les besoins de tous les acteurs. Cela afin de mieux servir les intérêts de nos consommateurs”.

Pour le président sortant de l’ARTAO, le Nigerian, Umar Garba Danbatta, “il y aura beaucoup de points à aborder durant cette réunion de trois jours. Il y aura la présentation du rapport du secrétariat général par rapport à ce qui a été fait durant cette année. Il y aura également un plan stratégique qui va aborder tous les paramètres pour avoir des ARPT efficaces et qui fonctionnent normalement”.

Présidant la cérémonie d’ouverture, la ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Aminata Kaba, a rappelé que “l’évolution accélérée des technologies entraine des mutations profondes dans le secteur des Postes et Télécommunications dans le monde en général et en Afrique en particulier. C’est pourquoi il est fondamental de surmonter de façon solidaire les défis majeurs de ces transformations mais surtout capitaliser sur les énormes avantages et opportunités qui s’offrent aux régulateurs, pour faire évoluer le cadre réglementaire, mais en créant également un environnement propice”, à travers une “innovation pour favoriser la création de richesse et d’emplois pour nos chères populations”.

A l’en croire, cette Assemblée générale vise “à œuvrer pour le renforcement de la coopération et le développement des partenariats entre les régulateurs membres de cette organisation” sous régionale. Afin “de faire bénéficier aux Etats membres des meilleurs pratiques, expériences et expertises dans uns et des autres (…) pour améliorer la qualité de services offerte aux consommateurs et aux opérateurs du secteur”. Selon elle, l’Association veillera également “à couvrir les défis liés à la qualité et à l’accessibilité des services, à la lutte contre la cybercriminalité, à la protection des données, au partage d’infrastructures, à la gestion des déchets électriques et électroniques, etc.”

“Il est assez important que les régulateurs de la sous région se rencontrent régulièrement pour non seulement discuter du plan stratégique du développement mais aussi des différents programmes d’activités du secteur régulé que ce soit la poste ou des télécommunications ou de l’économie numérique. Cette rencontre leur permettra également de faire des partages d’expériences, d’échanger différentes expertises en général c’est une réunion d’experts, un partage de tout ce qui est meilleure pratique de la sous région de façon commune. (…)”, a-t-elle noté.

C’est pourquoi, elle dit avoir espoir que “le roaming va redémarrer parce qu’a un certain moment, il s’était arrêté. Et avec la nouvelle autorité de régulation, on va remettre cela à l’ordre du jour puisqu’il est assez important que les tarifs baissent pour les consommateurs de la Guinée et pour tous les pays de la sous region afin de favoriser l’accès à la communication de façon générale. Que ce soit au niveau des données ou de la voix, il est important que les populations bénéficient des prix avantageux et compétitifs”.

(Source : GuinéeNews, 29 mars 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)