twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Télécommunications : L’offensive d’Ericsson

vendredi 15 avril 2005

GSM Afrique de l’Ouest, une conférence-exposition de deux jours a vécu. Mais elle a été une occasion pour Ericsson d’ouvrir une brèche sur l’Afrique de l’Ouest. Cette conférence qui s’est tenue à Dakar a été une nouvelle fois le lieu de rencontre régionale incontournable pour le développement de l’industrie cellulaire du GSM en Afrique de l’Ouest. Ainsi, Ericsson, le géant mondial des télécommunications ne pouvait pas être en retrait. En plus d’un stand estampillé, Ericsson, M. Johan Lallerstedt, responsable d’Ericsson pour l’Afrique du Nord, a profité de l’occasion pour échanger avec les opérateurs au niveau de la sous-région et avec la presse.

Pour M. Lallerstedt qui est basé en Egypte, Ericsson est une société de droit suédois, mais qui a une assise internationale, avec une présence dans 140 pays à travers le monde. A l’en croire, Ericsson est le plus grand fournisseur de systèmes mobiles dans le monde. " En résumé, nous sommes leader dans le monde des télécommunications. Ericsson est présent sur tous les segments des télécoms ", affirme-t-il.

A titre illustratif, dans le segment de la téléphonie mobile, 40 % des appels à travers le monde passe par des terminaux Ericsson. Dix parmi les plus grands opérateurs mobiles du monde sont logés dans la clientèle du géant suédois. " Nous sommes aussi très actifs dans le domaine des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic), le broad band access ", souligne M. Lallerstedt. Ericsson met aussi à la disposition des opérateurs différentes solutions du point de vue hard ware et soft ware et aussi des applications qui dépassent le cadre des plate-formes. En plus de cela, elle offre des services et s’occupe de maintenance.

Du point de vue des terminaux, on peut citer à côté du produit Ericsson, le terminal Sony Ericsson qui est né d’une alliance stratégique entre Sony et Ericsson. Et le responsable d’Ericsson pour l’Afrique du Nord de renchérir : " Notre objectif est de participer davantage au développement de la communication. Aujourd’hui, dans le monde, il y a environ 27 % de la population mondiale qui sont connectés aux réseaux de télécommunication ". Ce qui signifie pour lui qu’il reste beaucoup à faire et donc, il faut que des sociétés de télécoms comme Ericsson et tant d’autres travaillent plus et bien pour offrir des solutions adaptées par rapport aux besoins et capacités des populations qui sont toujours en marge du boom que connaît le secteur des télécommunications.

Mais, quelle est la place réelle d’Ericsson dans le marché africain des télécommunications ? " Nous sommes leader dans le monde et en Afrique, en particulier ", rétorque M. Lallerstedt. Ericsson a une présence africaine qui date de longtemps, particulièrement dans le Nord et le Sud du continent. C’est une présence qui est conditionnée par la demande et, vu qu’en Afrique de l’Ouest comme à l’Est, le secteur des télécommunications est en pleine expansion, forcément une demande est en train de se créer. Ce qui pousse Ericsson à renforcer sa présence dans ces parties de l’Afrique. " Comme on a l’habitude de dire que si en Europe on parle de 80 à 90 % de pénétration, ici le taux tourne autour de 10 %. Donc, ce sont des opportunités qui se présentent aussi bien pour les opérateurs que pour les consommateurs ", explique le responsable d’Ericsson en Afrique du Nord. Pour cause, c’est une croissance qui est générée par ce secteur, dans l’intérêt de tous les segments de la société.

Pour lui, le marché africain et particulièrement celui de l’Afrique de l’Ouest sont plus qu’intéressants en termes de croissance dans le secteur des télécommunications.

Ericsson, dans sa stratégie de développement, a noué une alliance avec Sony. C’est une sorte de joint-venture qui a été décidée par les sociétés, en raison de 50 % pour chaque société. Dans l’esprit des dirigeants des deux sociétés, l’objectif était de mettre en synergie les deux points forts des sociétés. Ericsson comme leader dans la technologie des radios et Sony est très coté dans le multimédia et c’est maintenant qu’une alliance est devenue plus importante. Les nouvelles applications sont devenues plus riches avec des contenus très variés avec de la musique, de la vidéo, donc il faut développer des interfaces adaptées et performantes. En somme, et à en croire M. Lallerstedt, les perspectives pour Ericsson en Afrique de l’Ouest sont plutôt bonnes. " Nous travaillons pour pénétrer davantage le marché ouest africain. Il faut qu’on en arrive à des applications adaptées aux besoins des opérateurs qui se trouvent sur le marché. C’est une région qui intéresse beaucoup Ericsson ", souligne-t-il.

On respecte les concurrents, mais, on travaille dur pour rester numéro mondial. Pour ce faire, il faut toujours innover et rester très proches du consommateur.

M. THIOBANE (Source : Nouvel Horizons, 15 avril 2005)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)